L'éconologie à la maison !

La tête à l'écologie sans se ruiner !

Les méthodes écologiques de traitement des eaux usées

Les méthodes écologiques de traitement des eaux usées

1 simple constat : l’assainissement collectif comme l’assainissement individuel classiques sont des sources de pollution considérables et coûtent un prix exorbitant à la communauté lorsque l’on sait par exemple qu’une quantité impressionnante d’eau potable délivrée chez le consommateur est perdue en route ! Le « tout-à-l’égout » associé à la station d’épuration comme la « fosse septique » (avec épandage au sable ou non) commencent petit à petit à être remis en cause au vu des nombreux problèmes de pollution dont ils sont à l’origine directe ou non…

En parallèle, les méthodes de traitement naturels et écologiques de nos eaux usées se développent et intéressent de nombreuses personnes notamment parce que ces méthodes sont moins chères pour le contribuable et complètement naturelles.

La situation actuelle dans la plupart des cas (assainissement collectif)

A la sortie d’une maison reliée au tout-à-l’égout, les eaux vannes (toilettes) et les eaux grises (douche…) sont mélangées (un des premiers constats est qu’il est illogique de les mélanger !) et sont alors traitées en station d’épuration. La plupart des stations d’épuration (STEP) françaises datent d’avant 1980 et les normes ont bien changé depuis. Les stations d’épuration ne font aujourd’hui que traiter une partie de la pollution générée, notamment en ce qui concerne les nitrates (produits azotés), les phosphates et les bactéries… La principale méthode de rejet est l’épandage agricole et cela crée une énorme pollution et contamine nos sous-sols qui vont ensuite nous nourrir… Le serpent se mord la queue… Nos sols sont maintenant pollués, les nappes phréatiques également et le coût de cette dépollution (dans le cas où elle existe réellement) est exorbitant.

L'épandage agricole

L’épandage agricole

La situation actuelle dans la plupart des cas (assainissement individuel)

La plupart des maisons individuelles actuelles ont une fosse toutes eaux où sont rejetés tous les effluents de la maison (eaux vannes et eaux grises). C’est du moins la loi. Le SPANC (organe intercommunal de contrôle de l’assainissement si pas de tout-à-l’égout) veille… Cette fosse se présente comme un gros bloc, souvent en béton, et permet de faire décanter les eaux usées et de les filtrer mais ce filtre grossier n’atteint pas les objectifs écologiques et cela contribue à cette pollution générales des terres arables et rivières de notre patrimoine. A la sortie de la fosse, on peut trouver un filtre à sable ou un épandage naturel car on imagine, à tort, les eaux usées comme, alors, dépolluées ! La faible durée de vie de ces installations contribue clairement à une pollution diffuse.

fosse toutes eaux

Le fonctionnement d’une fosse toutes eaux

Une méthode naturelle et écologique pour les eaux grises : la phyto-épuration

Plusieurs système se développent actuellement. Les systèmes dits écologiques utilisent le principe de la phyto-épuration (algues et bactéries) pour « manger » et transformer nos déchets en matières comestibles par la nature. Ces systèmes ont été développé en observant tout simplement la nature, comme c’est le cas bien souvent d’ailleurs. Ici, « écologie » rime avec « nature ».

Le lagunage naturel

Ce système s’est développé par observation du fonctionnement des zones humides. Le principe est le suivant : des plantes racinaires fournissent de l’oxygène à des bactéries aérobies qui transforment les matières organiques en nourriture pour les plantes.

Comment ça marche ?

Plusieurs bassins sont nécessaires, c’est le principe du lagunage, les déchets sont traités naturellement dans différents bassins. Dans le premier, un prétraitement (notamment pour les grosses installations semi-collectives) permet d’éliminer les gros déchets par filtration grossière et compostage. Le second bassin est un bassin de décantation (il s’agit d’un phénomène physique naturel analogue à la gravité, les particules lourdes tombent naturellement au fond). Dans le 3ème bassin, les bactéries aérobies dégradent les déchets et composants en substances assimilables par les plantes, ce que font alors ces dernières.

2 techniques peuvent être utilisées : le lagunage à microphytes (épuration par des bactéries présentes dans un milieu d’algues microscopiques) ou lagunage à macrophytes (épuration par des bactéries présentes dans un milieu de plantes, les bactéries peuvent alors traiter les métaux lourds). La plupart du temps, les systèmes sont mélangés.

lagunage

Assainissement.comprendrechoisir.com : Le traitement et l’assainissement par lagunage

Ce système est très peu coûteux, sans aucunes nuisances pour les utilisateurs, durable (sans limitation de durée de vie) et tout à fait fonctionnel. Il est bon pour la faune et la flore : des écosystèmes équilibrés peuvent alors se développer ce qui est bon pour la biodiversité, un système complètement écologique et naturel. Seuls inconvénients : il faut pas mal de place (10 m²/hab environ) et s’en occuper aussi un peu ! Ce système est donc plutôt réservé à des maisons individuelles ou à des communes rurales.

Les filtres plantés de roseaux

Ce système pourra être utilisé dans d’autres circonstances. Il prend moins de place que le lagunage (3 à 5 m²/hab environ) et ne produit aucunes boues. Au niveau économique, les 2 systèmes sont globalement équivalents et sont tout aussi intéressants au niveau écologique et naturel.

Au pied de plantes type roseaux se développe un système racine et de galeries permettant aux bactéries aérobies de dégrader les déchets pour leur assimilation par les plantes. 2 types de ce type de systèmes sont possibles :

  • Des filtres à écoulement vertical pour climat froid (uniquement avec roseaux)

  • Des filtres à écoulement horizontal pour climat doux à chaud (avec roseaux et autres plantes)

filtres-plantes

Natura-sciences.com : le fonctionnement d’un filtre planté de roseaux

Eaux vannes ou eaux grises ? Une combinaison avec des toilettes sèches ?

Ces systèmes phyto-épuratifs fonctionnent tant pour les eaux vannes que pour les eaux grises. Mais il n’empêche qu’il existe un système bine plus simple pour tout ce qui est des déchets humains de toilette ! Séparer les 2 traitements permettra une meilleure efficacité globale et des risques en moins !

Il est complètement illogique de mélanger les eaux vannes (excréments et urine) dans l’eau, a fortiori potable ! Leur mélange avec l’eau rend sa dépollution encore plus compliquée et coûteuse. L’utilisation de toilettes sèches est à encourager ! En effet, selon le système utilisé, ce système, en complément d’un assainissement phyto-épuratif, très simple permettra d’importantes économies d’eau, de produits ménagers et le tout sera complètement écologique !

6 comments

  • Bonjour ,
    Je suis un enfant de Kabylie en Algérie , on avait la rivière la belle nature et le stade tout se passer à merveille,
    Jusqu’au jour un vieux maire a décider de verser toutes les eaux usées vers cette rivière .
    Aujourd’hui je lance un projet de faire vivre cette endroit de notre enfance pour un meilleur traitement de cet eau en horizontal, est ce que vous m’accompagnez dans ce projet .
    Bien sur sur le plan conseil sur les plantes a utiliser et les bactéries ….
    Merci beaucoup de votre retour

    Reply
  • Bonjour, je me permets de vous contacter.
    A la vue de votre article, j’aurais voulu un éclaircissement. Je travaille pour une association Rockn’Wood, pour la reconstruction du Népal. A la recherche de système d’assainissement, la phyto-épuration me semble être un choix judicieux. J’aimerais savoir, si jamais on part sur un sytème de filtre planté de roseau ou de bambou avec eau vannes et eau grise. Comment se déroule le cheminement des eaux vannes, la matières fécales est elle trié, filtrés ou autres avant son arrivée à l’entrée du filtre de roseaux?

    Merci

    Reply
    • Bonjour,
      Tout dépend du type de filtre : vertical ou horizontal ? Dans tous les cas, ce sont les racines des plantes ainsi que le substrat qui va « héberger » le bactéries, responsables de la décomposition…

      Reply
  • Nous sommes propriétaires d’un terrain constructible avec une maisonnette de 20m° cadastrée.
    La Mairie nous interdit de faire mettre tous types de fosses septiques et exige le branchement au tout à l’égout INEXISTANTsur tout le village ou se trouve notre terrain (en bordure d’un lotissement entièrement équipé de fosses septiques ).
    Aurons nous le droit d’y installerun système écologique comme proposé sur votre site ?
    Pouvez vous nous contacter par Tél pour explications SVP au 05 65 24 94 97 ou 07 89 59 39 24 ou 07 89 59 42 67. D’avance merci.

    Reply
    • Bonjour,
      Si pas de tout à l’égout, c’est le SPANC qui est en charge (assainissement non collectif) et celui-ci dépend de la commune. Lors d’une rencontre, il peut vous proposer différents systèmes. En tout cas, vous avez l’obligation de faire valider votre système par le SPANC de votre commune. Une fosse toute eaux (anciennes fosses septiques) est obligatoire ; quant à ce qu’on lui ajoute, c’est vous qui voyez ! A voir donc avec votre commune 😉

      Reply
      • Dans notre cas c’est la Commune de Martigues qui refuse tout assainissement en dehors du branchement tout à l’égout INEXISTANT ! Si le SPANC dépend de la Mairie nous allons connaitre un refus ! Nous sommes en procés contre cette Mairie depuis dix ans afin de pouvoir vendre notre terrain constructible. Ayant eu gain de cause à chaque fois ( la Mairie nous a trainé jusqu’au tribunal européen ) ils ont sorti ce décret ( interdit de construire des fosses septiques ) sur la commune de St Pierre-les-martigues uniquement sachant que le seul terrain constructible restant à la vente est le notre !!! C’est du harcelement et notre Avocate ne veut plus s’investir et donc ne se rendra pas au Tribunal de Marseille pour nous défendre car elle n’a que l’A.J.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *