L'éconologie à la maison !

La tête à l'écologie sans se ruiner !

La pollution intérieure : qu’en est-il de l’air dans nos maisons ?

La pollution intérieure : qu’en est-il de l’air dans nos maisons ?

Par ces temps de forte pollution extérieure, aux particules fines, on a coutume d’entendre dire qu’il faut se calfeutrer chez soi et surtout ne pas en sortir et ne pas ouvrir les fenêtres. Eh bien, c’est faux ! A l’intérieur, si la ventilation est absente ou obstruée, la pollution peut être bien pire que dehors. Mais pendant toute l’année !

Attention à l’isolation sans ventilation !

Comme la transition énergétique nous pousse à isoler nos logements pour limiter les déperditions thermiques, on se met petit à petit à boucher les trous de nos maisons et en améliorer l’étanchéité à l’air. Pour autant, l’isolation thermique de nos logements a un gros défaut, prise telle quelle : si elle n’est pas accompagnée d’une ventilation de bonne qualité et bien entretenue, nos maisons se retrouvent être des caissons relativement étanches qui empêchent les polluants de sortir de la maison ! Attention donc à l’isolation sans ventilation et à imaginer une solution de ventilation adéquate !

Quels polluants retrouve-t-on dans nos maisons ?

Il faut noter que certains polluants sont naturels et qu’on les trouveraient forcément dans nos maisons, même si la civilisation humaine n’était pas tombée dans les travers des industries chimiques. Ces polluants, il faut s’en débarrasser comme les allergènes par exemple mais la sensibilité de l’homme aurait probablement été toute autre tout de même !

Les polluants directs

Les polluants biologiques comme les virus, les allergènes, les microbes ou les moisissures sont naturels. Ils se développent dans un écosystème qui leur convient. Ces polluants sont apportés par les humains ou les animaux domestiques ou non domestiques qui rentrent dans la maison. On ne peut pas y faire grand chose excepté ouvrir la fenêtre !

Les polluants chimiques comme le monoxyde de Carbone (CO), COV (Composés Organiques Volatils), le plomb, les phtalates… sont en grande partie issus de l’activité humaine. Il s’agit souvent de gaz mais pas forcément, on en trouve des molécules dans les liquides, des solides… Les COV comme les formaldéhydes (on en reparlera d’ailleurs) par exemple, sont souvent dégagés par nos meubles en contreplaqués ou par les produits ménagers chimiques. Des précautions spécifiques contre les COV sont à prendre car, de plus en plus, les hommes développent des allergies ! La réutilisation de matériaux ayant déjà servis peut être une bonne solution pour ne pas amener de nouveaux COV à la maison… Mais les solutions peuvent être nombreuses même si jamais parfaites ! Lisez bien les étiquettes environnementales avant d’acheter un produit !

contreplaque

Attention aux émissions de COV !

Les particules : issus entre autres mais essentiellement de la combustion de nos systèmes de chauffage, les particules fines se retrouvent essentiellement à l’extérieur de nos logements (et l’on en sait quelque chose actuellement) mais on en trouve évidemment en forte concentration à l’intérieur ! Les particules fines sont à l’origine de nombreuses maladies, asthmes et cancers du poumon ou autres. Merci les diesels et les chauffages anciens ! La meilleure parade vise à posséder des moteurs et moyens de chauffages récents et bien entretenus. Si la flamme de combustion de votre poêle à bois est bleue, cela signifie que votre combustion est complète donc bonne et qu’elle émet peu de polluants et de particules. Pour cela, privilégier des combustibles de bonne qualité, des appareils bien entretenus et correctement équipés et filtres et protections ! Ce ne sera pas parfait mais déjà ça !

diesel

Toute combustion crée des particules !

Les gaz radio-actifs : certains sont issus de l’activité humaine mais la très large majorité sont naturels. On parle surtout du radon, ce gaz radio-actif complètement naturel issus de la dégradation de solides radioactifs comme l’Uranium, le Césium et le Radium. Plus présent dans certains régions, il remonte naturellement de la terre. Pour s’en protéger, attention à bien étanchéifier les canalisations de votre puits canadien !

radioactivite

Attention au radon !

Le tabac : un fléau pour les fumeurs comme pour les non-fumeurs. Dans les endroits clos, les non-fumeurs sont autant exposés que les fumeurs. Prendre quelques précautions n’est donc pas vain, notamment si vous avez des enfants !

Les polluants indirects

L’humidité dans les logements n’est pas un polluant à proprement parler. ; son action est uniquement indirecte. Il en faut mais pas trop. Entre 35% et 75% d’humidité dans l’air, on peut considérer que l’on se trouve dans un environnement confortable de ce point de vue. Un air trop sec n’est pas bon pour nos muqueuses. Mais cette humidité ne doit pas se trouver en excès et ne doit pas stagner, elle doit circuler et être remplacée ! Une trop forte humidité qui stagne sera à l’origine de développement de moisissures et de microbes… Seule parade : une bonne aération notamment dans les pièces humides de votre maison !

humidite_mur

Attention aux signes d’humidité !

Comment lutter contre ces polluants ?

La meilleure bataille contre les polluants intérieurs est de ne pas en créer ! Mais, au delà de ça, l’aération et la ventilation sont probablement les meilleurs armes pour cela. Cela ne permet pas de détruire ces polluants mais de les rejeter hors de la maison ! Pour cela, veillez à avoir une VMC en bon état de marche, qu’il s’agisse d’une VMC autoréglable, hygroréglable, VMC double-flux, VMI… En bon état de marche, bien entretenue et accessible ! De plus, l’ADEME comme la logique humaine, recommande l’ouverture des fenêtres de la maison 10 minutes par jour au minimum, même dans le cas d’une maison basse consommation bien isolée, en hiver comme en été ! De préférence l’après-midi, car il faut plus chaud (moins de pertes caloriques) et parce que l’air extérieur y est moins lui-même pollué !

http://www.lepanneausolaire.net/la-ventilation-double-flux/

La ventilation DF

Le problème, c’est que ces polluants, même après ouverture des fenêtres, ne sont pas détruits et existent toujours et on demande, une fois de plus, à la nature de trouver un moyen de les détruire à notre place, alors que nous sommes responsables de la plupart. Bizarre, non ? Dans ce cas de figure, une maison passive est une réponse positive et active à ce problème. Une maison passive n’a pas besoin de système de chauffage ou très peu et exceptionnellement. Elle pollue donc nettement moins l’air. Si elle est faite de matériaux naturels et de bois massif au lieu de contreplaqué, c’est encore mieux ! Le chauffage solaire peut aussi être une solution car il ne nécessite pas de combustion donc ne rejette pas de particules fines dans l’air. La simple installation d’un CESI est alors un plus non négligeable ! Le SSC vous tend-il alors les bras ?

Le ballon solaire dans son intégralité

Le solaire ne pollue pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *