L'éconologie à la maison !

La tête à l'écologie sans se ruiner !

La construction en paille et terre : le retour en grâce de matériaux considérés comme peu nobles

La construction en paille et terre : le retour en grâce de matériaux considérés comme peu nobles

« Bah, on recycle d’anciens trucs ! »

Il est étonnant de voir comme les anciennes habitudes, si elles ont été, un temps critiquées et mises de côté, reprennent vie petit à petit. Anciennes habitudes, anciens matériaux ou anciens procédés… On reparle beaucoup de puits canadien, de toilettes sèches, de consommation sobre ou de four solaire… Lorsque l’on parcourt nos campagnes, on trouve de nombreuses maisons construites selon des procédés anciens vers lesquels on revient petit à petit, notamment pour leurs qualités intrinsèques.

Une adaptation d’anciennes méthodes

Le pisé, à base de terre crue ou le torchis à base de terre et de paille font partie de ces procédés. On les adapte simplement aux goûts du jour ! Les murs de fondation de maisons en pisé sont très efficaces pour ce qui est de leur inertie thermique. Ils gardent la chaleur de l’air dans la maison ou à l’extérieur. Une vieille maison en pisé est donc un refuge exceptionnel contre les chaleurs printanières ou estivales. De plus, la terre gère parfaitement l’hygrométrie de l’air en absorbant une partie de cette humidité et en la restituant lorsque l’air en manque. Pour autant, les murs en pisé manquent drastiquement de capacités d’isolation thermique. La terre possède un piètre lambda. L’hiver, il y fait froid… On lui ajoutera alors une ITE (Isolation Thermique par l’Extérieur) avec un matériau respirant comme la laine de bois ou la ouate de cellulose et surtout pas imperméable comme les laines minérales ou les isolants synthétiques, éventuellement complémenté par un enduit chaux-chanvre… Et le tour est joué !

maison_pise

Pise-livradois-forez.org – Le pisé, une méthode naturelle et unique

Les anciennes méthodes de construction, anciens matériaux ont toujours des avantages particuliers que les matériaux industriels issus pour beaucoup de la pétrochimie n’ont pas. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il sont basés sur une expérience de la construction intelligente, un savoir-faire et des habitudes particulières ! Pour autant, tout n’est pas à jeter avec les évolutions actuelles, loin de là…

La paille, matériau isolant naturel

On revient même à la paille, c’est pour dire ! En même temps, il aurait été bien bête de s’en priver, tant ses qualités sont nombreuses ! La paille est un très bon isolant ! Son lambda moyen (conductivité thermique) se situe entre 0,052 W/m.°K et 0,070 W/m.°K mais cela dépend de la façon dont est densifiée et réalisée la botte de paille ! D’autres isolants naturels ont un meilleur lambda mais la paille est clairement le produit qui propose le meilleur compromis lambda/prix !

La paille (botte de paille) est très peu chère, on la trouve très facilement dans les campagnes et est donc facilement accessible pour des constructions de bâtiments à faible consommation énergétique ! De plus, la paille est souvent l’isolant préféré des bâtiments en auto-construction ! Logique : accessible, simple à mettre en œuvre et performante ! Avec une bonne densité, la paille est un bon rempart contre le feu et est peu inflammable ! Enfin, elle n’intéresse que très peu les rongeurs ou insectes, quels qu’ils soient ! Son seul défaut est d’être sensible à l’eau ! C’est pourquoi il faudra lui adjoindre une bonne étanchéité !

Les bottes de paille peuvent constituer une structure porteuse (un peu comme le pisé d’ailleurs) mais sont plus souvent utilisées en complément isolant indispensable d’une ossature bois ou en ITE (Isolation Thermique par l’Extérieur).

Les différentes couches de l'ITE sous bardage

Les différentes couches de l’ITE sous bardage

La paille ne sert donc pas uniquement à nourrir le bétail ! Elle trouve bien d’autres usages revenus avec le temps !

Terre et paille, 2 compléments essentiels et écologiques

Dans une maison bioclimatique ou une maison passive, on trouve souvent ces matériaux grâce à leurs qualités ! La paille servira d’isolant thermique dans les murs voire dans des caissons de toiture. On pourra également fabriquer des enduits isolants pour renforcer ou accompagner des cloisons, murs de terre ou autres matériaux naturels. La terre, quant à elle, possède de très bonnes qualité d’inertie thermique, elle permettra alors de mettre en place des murs de refend, cloisons ou doublage qui ajouteront du poids et donc de l’inertie à l’habitation (les maisons bioclimatiques utilisent souvent des ossatures bois, ayant peu de capacité à garder la chaleur). Les BTC (Briques de Terre Crue ou Compressées) sont faites de terre et peuvent être à l’origine de réalisations bioclimatiques comme les murs accumulateurs ou murs-trombe, serres solaires ou poêles de masse !

On trouve donc souvent ces 2 matériaux dans des maisons cohérentes avec l’environnement dans lequel elles se trouvent ! Pas forcément dans les mêmes éléments de la maison d’ailleurs…

Une maison bioclimatique

Une maison bioclimatique

Les autres avantages de ces 2 matériaux, ce sont leurs qualités environnementales. Je ne parle pas uniquement d’écologie mais, plus globalement, de la capacité de ces matériaux à se fondre et à former un écosystème social, économique et écologique ! La terre comme la paille, on en a parlé pour la technique du pisé, est très peu chère, locale mais demande une main d’œuvre importante et expérimentée. Ces matériaux sont écologiques au sens premier du terme, leur bilan écologique est très bon et ces matériaux demandent la création et l’entretien de relations humaines fortes et obligatoires ! Le retour en force de ce type de matériaux permet également un retour à l’humain et à la nature que l’homme avait parfois un peu oublié…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *