L'éconologie à la maison !

La tête à l'écologie sans se ruiner !

L’indépendance énergétique et environnementale : un mirage ?

L’indépendance énergétique et environnementale : un mirage ?

Lorsque l’on cherche un lien immobilier à acheter, on tombe parfois sur des annonces qui disent que la maison est « indépendante en eau » ou en électricité grâce à des panneaux photovoltaïques. Grâce à la mise sur le devant de la scène des questions d’auto-consommation électrique (l’actualité de la batterie TESLA n’y est pas pour rien), les maisons passives ou BEPOS, on en reparle régulièrement mais qu’est-ce que cette notion d’ « indépendance énergétique » recouvre exactement ?

De quoi parle-t-on exactement ?

L’indépendance énergétique peut être de 2 types : une indépendance à visée écologique ou une indépendance à visée économique. Le résultat est souvent lié et ce qui apporte à l’écologique apporte à l’économique et inversement… C’est là le ba-ba de l’éconologie ! Pour autant, si, au final, les 2 visées se croisent, l’indépendance énergétique est un tel acte militant que la personne qui le veut cherche l’un ou l’autre.

On peut parler de complète indépendance énergétique et environnementale lorsque l’on ne fait plus du tout appel à une partie tierce pour s’approvisionner en électricité, fioul, gaz, bois, bref en énergie et en eau, nourriture, vêtement… On vit alors en complète autarcie, sans avoir recours à personne pour ces biens, en ne s’acquittant donc d’aucune facture… Tous les besoins énergétiques et environnementaux sont comblés par des apports internes.

Cela existe finalement assez peu et on parle plus souvent d’indépendance énergétique et environnementale partielle, ne concernant par exemple que l’énergie, l’eau…

Est-ce vraiment attirant ?

L’instinct humain animal vise plutôt à garder des relations avec sa société et l’homme n’est pas fait pour vivre seul. La complète autonomie énergétique et environnementale est donc finalement rarement recherchée, tant il est finalement peu enviable de vivre seul et loin de tous.

L’homme, pour autant, et de plus en plus, se rend compte des absurdités de son fonctionnement et l’indépendance énergétique ou environnementale partielle peut être une réponse à un besoin intrinsèque de plus de cohérence, de logique et de vie en cohésion avec l’environnement d’où il vient et dont il fait partie. L’eau est tellement gaspillée dans les usages quotidiens et dans les transports des réseaux qu’un usage local peut alors répondre à un besoin d’efficacité et de transparence alors que tant de gens souffrent énormément de son absence. Le fioul ou les gaz sont des énergies fossiles tellement polluantes, gaspillées et chères au final que l’on peut logiquement souhaiter les mêmes usages avec une énergie puissante inépuisable et infinie, le solaire…

Comment l’atteindre ?

  • Récupérer, filtrer et potabiliser son eau de pluie ou l’eau de son puits et l’utiliser et la consommer comme l’eau potable classique
  • Installer une source électrique (ou plusieurs comme l’énergie solaire, l’éolien, la biomasse ou l’hydroélectricité) et des batteries permettant une auto-production et auto-consommation répondant à tous les besoins électriques de la maison
  • Avoir son potager qui produira l’ensemble des besoins de la maison

Les solutions sont diverses mais existent bel et bien ! On sent déjà un petit vent marginal puisque, pour s’occuper de tout cela, il faut du temps et, avec la vie classique actuelle, il est impossible de mener de front un carrière professionnelle et ce type de vie. D’ailleurs, les besoins ne seraient plus les mêmes…

Serait-ce le top de l’écologie actuelle ?

On se posait déjà la question avec la maison passive. La maison passive n’est d’ailleurs pas indépendante énergétiquement. Elle n’a pas besoin d’énergie de chauffage sauf pour l’ECS (énergie qui peut être en partie renouvelable avec un CESI ou CETI). Mais les besoins en électricité sont bien réels, même s’il est probable que les propriétaires d’une maison passive soient économes et consomment peu. Le label Passiv’Haus Plus ou Premium intègre à sa charte la production d’énergie, ce label est peut-être le plus exigent actuellement.

Une façon de vivre autrement

Mais l’indépendance énergétique est une question à différencier de la performance énergétique d’une maison. Même si les 2 questions peuvent être liées, la question de s’affranchir des règles tacites et basiques de notre société occidentale actuelle a probablement d’autres enjeux… On peut, certes, vouloir profiter personnellement et laisser à ses enfants en héritage une maison qui ne coûte rien ou presque, lorsque l’on sait par exemple que la plupart des maisons familiales héritées sont finalement vendues, faute d’accord ou de moyens pour les entretenir…

Il est certain que les objectifs d’un tel projet pourraient être divers. On pourra chercher tout simplement à payer moins de factures ou plus de tout. L’objectif économique est déjà présent avec de simples modifications de l’habitation visant à améliorer sa performance énergétique et environnementale comme changer de chaudière, installer un système aux énergies renouvelables, isoler thermiquement sa maison… Mais, on le sait, « l’argent est le nerf de la guerre » ! Tout réduction des coûts de la vie est donc intéressant ! On remarque d’ailleurs que plus on se rapproche de l’indépendance énergétique et environnementale complète, moins l’objectif économique est fort. Vient alors un second objectif, plus environnemental et écologique cette fois ! On peut bien sûr y penser dès le début mais on se rend compte que les 2 objectifs sont toujours intrinsèquement liés !

Mais on peut avoir également des idées un peu révolutionnaires et chercher à s’abstraire des codes classiques et sortir des règles basiques. L’idée d’outrepasser les règles habituelles (utiliser et gaspiller l’eau courant, se fournir en électricité chez le sacro-saint fournisseur historique français EDF…) peut répondre à un besoin de liberté, de mener sa propre barque…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *