L'éconologie à la maison !

La tête à l'écologie sans se ruiner !

La ventilation des maisons est le parent pauvre de la construction immobilière et pourtant…

La ventilation des maisons est le parent pauvre de la construction immobilière et pourtant…

L’air ne se voit pas ! Un air vicié ne se sent presque pas (ou ce n’est pas parce qu’il sent mauvais qu’il est pollué). C’est probablement une des raisons pour lesquelles la qualité de l’air intérieur n’est pas forcément une priorité de la construction immobilière. Depuis le début des années 80, les VMC ou Ventilation Mécanique Contrôlée sont obligatoires pour les constructions neuves. Mais, depuis, rien de nouveau n’a été proposé. L’installation d’un système de ventilation est un choix personnel.

Une étiquette sur les emballages que l'on voit de plus en plus

Une étiquette sur les emballages que l’on voit de plus en plus

Pourtant, les gains thermiques ou sanitaires d’une bonne ventilation ne sont plus à prouver…

Un objectif sanitaire incontournable !

Le premier objectif d’une ventilation est de renouveler l’air de l’habitation. Et ce, pour des raisons sanitaires ! Dans l’air transitent énormément de microbes, bactéries, poussières (et autres polluants notoires comme le radon) contre lesquels l’homme doit combattre. S’il y en a trop dans l’air qu’il respire, il tombera logiquement malade et l’air ne lui conviendra plus.

La VMC (VMC autoréglable basique au début) est devenue une obligation pour, justement, des raisons sanitaires. Le fonctionnement de la VMC autoréglable est un fonctionnement en continu qui extrait l’air vicié pour faire entrer de l’air neuf. Ce fonctionnement simple convient à ce principe de renouvellement d’air. La pollution intérieure s’en trouve nettement réduite et humidité et polluant sont alors évacués. Si l’air extérieur est de meilleure qualité (ce qui,malheureusement, reste à voir), l’objectif sanitaire est alors rempli.

VMC a ou b

Schéma d’installation basique d’une VMC simple flux

Quels avantages et inconvénients thermiques ?

L’inconvénient essentiel de ce système sont les pertes énergétiques. En hiver ou lorsqu’il fait frais dehors, le système de chauffage se met en route pour chauffer l’air de la maison. Or cet air est régulièrement évacué via la ventilation mécanique de la maison. On doit alors chauffer plus d’air pour avoir des sensations constantes. Donc on consomme plus d’énergie… A alors été imaginé un système permettant d’amender cette méthode de ventilation visant à la faire fonctionner en fonction de l’humidité et donc de la présence humaine (on rejette naturellement de la vapeur d’eau) ou de ses activités (cuisine, toilette…). La VMC hygroréglable a alors vu le jour. Celle-ci est nettement plus adapté aux activités humaines même si c’est loin d’être la panacée !

Les pertes énergétiques restent très importantes et ces solutions ne permettent pas de contrôler la qualité de l’air entrant, de plus en plus sujet à questions… Notamment pour les maisons à basse consommation d’énergie ou très basse consommation d’énergie voire les maisons passives (ou cela est de rigueur d’ailleurs), les ventilations s’équipent d’une gestion de second flux d’air, l’air entrant et pas seulement l’air sortant ; ce sont les ventilations double-flux. Ce type de système de ventilation est nettement plus complexe à mettre en place mais permet de complètement contrôler le flux d’air entrant et de le préchauffer si la ventilation est équipée d’un échangeur de chaleur avec la chaleur de l’air sortant. Une véritable avancée technologique !

Les évolutions techniques de la ventilation

Mais elles restent peu nombreuses ! On a développée les VMI (Ventilation Mécanique par Insufflation), sorte de VMC simple flux à l’envers et d’autres systèmes comme les VMR (Ventilation Mécanique Répartie), système de ventilation non centralisé…

Mais la ventilation de la maison souffre d’une réputation d’ « équipement non indispensable », notamment parce que l’air, on ne le voit pas et on ne se rend pas compte des dangers sanitaires d’un air de mauvaise qualité.

C’est en effet plutôt vers les VMC DF qu’il faut se tourner pour voir du nouveau et notamment parce que la prochaine RT 2020 s’approchera sans doute de ce type d’équipement (du moins on peut l’espérer ! ). La VMC double-flux s’est perfectionnée avec le temps, on lui a ajouté la possibilité d’être combinée à une PAC (Pompe A Chaleur) ou à un puits canadien ou puits canadien hydraulique (pour un premier préchauffage ou rafraîchissement et un système hors-gel l’hiver). Ces évolutions font de la VMC DF un équipement de qualité permettant non seulement de s’assurer d’une bonne qualité de l’air intérieur mais également de faire de nombreuses économies éconologiques en matière de consommation énergétique. La maison passive (qui n’a pas besoin de système de chauffage, on le rappelle) repose d’ailleurs sur cette capacité de la ventilation double-flux à récupérer la chaleur humaine et à la restituer à la maison pour une réutilisation, indéfiniment !

S’équiper d’une bonne ventilation dans sa maison, c’est un choix économique, écologique et sanitaire. Finalement humain ! Aujourd’hui aucune législation dans notre pays ne nous oblige à choisir tel ou tel équipement. Cela reste donc un choix personnel et familial, selon ses besoins, ses souhaits et ses objectifs personnels ! Bien entendu, plus l’équipement sera performant, plus le prix sera élevé. Il s’agit donc de choisir judicieusement. Pour autant, la question de la ventilation à la maison ne devrait pas être escamotée et mise de côté !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *