L'éconologie à la maison !

La tête à l'écologie sans se ruiner !

Pourquoi la climatisation ne peut-elle répondre aux besoins de fraîcheur ?

Pourquoi la climatisation ne peut-elle répondre aux besoins de fraîcheur ?

Hier, je lisais l’éditorial de J. Barbeillon dans le dernier numéro (88) de La Maison Écologique. Je me suis alors demandé comment on pouvait aussi peu penser aux conséquences de ses actes. Le fait divers évoqué n’a rien à voir avec l’écologie mais je reprends tout de même la balle au bond. Pour continuer la réflexion abordée par J. Barbeillon, une climatisation dans la classe ne changera en rien les risques du soleil sur les enfants (la chaleur ne fait pas tout, les rayons du soleil sont meurtriers, on le sait bien !) et ne sera en aucun cas une réponse logique et bien pensée à la question.

La climatisation alimente le cercle vicieux des consommations énergétiques !

Ajouter une climatisation dans un lieu, quel qu’il soit, augmente de manière exponentielle le problème énergétique et donc la consommation d’électricité pour satisfaire à ses besoins de fraîcheur. La climatisation consomme énormément d’électricité, toujours trop de toute façon… Cet électricité est aujourd’hui essentiellement produite par le producteur historique EDF, d’autant plus dans les classes de notre république. Et cette électricité est produite à partie de bien peu de ressources renouvelables ! Autrement dit, la production d ‘électricité augmente de manière considérable la production parallèle de GES, Gaz à Effet de Serre. Plus il y a de GES dans notre atmosphère, plus ces gaz retiendront la chaleur du soleil et la température de la surface de celle-ci augmentera… Le chat se mord la queue ! Vous voyez le cercle vicieux ?

Réacteurs de centrale nucléaire en pleine campagne dans leur environnement naturel.

Réacteurs de centrale nucléaire en pleine campagne dans leur environnement naturel.

Si l’installation d’une climatisation résolvait le problème de cette école surchauffée, à la rigueur, on pourrait considérer une climatisation comme une réponse viable. Mais l’ardeur du soleil, même sans la puissance thermique considérée, fera des ravages considérables ! Les coups de soleil, on les attrape bien même lorsqu’on est au frais mais… au soleil !

Pourquoi les « baies ombrières » ne résoudront pas le problème ?

Ces moyens de faire de l’ombre ont leur utilité, c’est certain mais celle-ci est limitée à une utilisation complémentaire. Ils ne peuvent être la réponse unique et central à tel ou tel problème. Les volets, quels qu’ils soient, sont une protection solaire et ne peuvent à eux-seuls palier à un problème à la fois thermique et d’exposition. Les volets, roulants ou non, mécanisés ou non, vont empêcher le soleil de rentrer et apporteront une vraie ombre mais le problème thermique ne sera en aucun cas réglé. La chaleur va s’accumuler derrière la vitre (et le vitrage d’ailleurs, quel est son indice d’isolation ?) et la salle de classe sera presque autant qu’avant un four ! On se rend compte alors de l’erreur couramment faite concernant la ventilation de la salle. Des protections solaires n’apporteront rien sur ce point alors une bonne ventilation, intelligemment conçue (vers article récent sur ventilation) permettra de ventiler cet air si chaud pour le faire sortir de la salle…

volets_domotique

volets automatiques

Quelles solutions écologiques prôner ?

Les solutions pourront être de divers ordres (architecturales, structurelles ou mécaniques) et il est évidemment impossible d’en dresser une liste exhaustive et complète ici. Pour autant, on peut clairement dire qu’il y a quelque chose de complètement incompréhensible à mettre une salle de classe sous une verrière en plein soleil. Ce local doit avoir été pensé pour autre chose au départ… Les verrières de ce type sont habituellement destinées à des serres solaires, à des locaux secondaires ou à des cas particuliers avec une construction particulière. Condamner cette pièce et s’en servir pour autre chose semble alors la seule solution…

On pourra penser à l’isolation thermique et à une amélioration de celle-ci pour éviter à la chaleur de pénétrer la cloison (notamment à base de laine de bois, isolant naturel à bon coefficient de déphasage thermique).

La ventilation devra être travaillée pour évacuer efficacement l’air vicié d’une classe comme rafraîchir l’air, éventuellement couplée à un puits canadien ou puits canadien hydraulique. Une VMC double-flux (Ventilation Mécanique Contrôlée à double-flux), une VMI (Ventilation Mécanique par Insufflation) ou une VMR (Ventilation Mécanique Répartie)…

http://www.lepanneausolaire.net/la-ventilation-double-flux/

La ventilation DF

D’autres solutions sont imaginables. Mais la présence d’une verrière est potentiellement intéressante si l’on ne met pas des enfants dessous pendant toute une journée ! L’air chaud ainsi capté par effet de serre peut justement être réutilisé intelligemment pour d’autres applications comme le chauffage de l’ECS (Eau Chaude Sanitaire)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *