L'éconologie à la maison !

La tête à l'écologie sans se ruiner !

Quels amendements ou fumure pour une bonne terre sans chimie de synthèse ?

Quels amendements ou fumure pour une bonne terre sans chimie de synthèse ?

La pollution de nos sols est un problème, on le sait bien ! Les produits phytosanitaires que l’on utilise au jardin sont pour une grande part de cette pollution. En effet, les jardiniers amateurs ont un peu trop souvent la main lourde, à tel point de nombre de jardins sont aujourd’hui plus pollués que des champs d’agriculteurs (toute proportion gardée) ! Ce problème est tel que les produits phytosanitaires vont être interdits à la vente en 2022 pour les particuliers (2020 pour les collectivités). Acheter, utiliser et posséder chez soi ce type de produits sera alors interdit ! Mieux vaut commencer au plus vite à s’en défaire…

Les produits phytosanitaires sont des produits créés chimiquement et industriellement permettant de « soigner » et améliorer le rendement des plantes. On parle donc essentiellement de pesticides. Il n’empêche que nombre d’amendements ou fumure (produits pour enrichir et nourrir la terre) en contiennent et sont souvent bien mal utilisés. Les quantités sont souvent mal gérées, des déséquilibres sont alors souvent créés. On parle également de pollution ! Les algues vertes de nos côtes viennent d’un excès d’apport en azote par exemple…

pollution-eau

Marillysmace.com – La pollution de nos cours d’eau a de nombreux effets !

La question des amendement naturels non chimiques

Il est essentiel de comprendre que même des produits naturels, s’ils sont mal utilisés, peuvent conduire à un certain type de pollution mais la nature aura tout de même plus de facilités à rétablir l’équilibre.

Pour vivre et se développer, les plantes ont besoin de nutriments, comme les hommes. Ces nutriments, elles les prennent dans la terre. Les cultures appauvrissent la terre, il est donc indispensable de lui apporter ce dont elle a besoin. La nature régulera ensuite les apports. Il ne faut pas pour autant en apporter trop… Les produits chimiques comme naturels peuvent être néfastes à la nature, s’ils sont apportés en excès. Les produits chimiques ont en plus l’inconvénient majeur d’une non-biodégradabilité, même à long terme. Certains molécules restent en terre pendant des années et des années… Et auront des effets néfastes pour la nature comme ils seront dangereux pour notre santé… Une telle agriculture n’est pas tellement concevable ! De plus, ces amendements sont souvent très chers. Lorsque l’on observe la nature, on comprend difficilement pourquoi il faudrait payer pour faire quelque chose que la nature fait naturellement…

Le compost ou l’or brun du jardinier

Le compost, on en a déjà parlé sur ce blog. Ce produit est probablement le meilleur allié du jardinier tant il recèle de qualités ! On fait du compost avec des déchets végétaux (et pour certains déchets animaux comme les coquilles d’œufs qui apporte du calcium). Dans un jardin et une cuisine, les déchets végétaux sont particulièrement nombreux (tontes de gazon, herbes et fleurs coupées, tailles, feuilles mortes, épluchures, fanes…). Pourquoi les jeter à la poubelle alors qu’on peut les transformer en or ? Rassemblés correctement, mis à l’abri, régulièrement arrosé (d’eau de pluie récupérée évidemment), un compost mûr se crée en 9 mois à 1 an environ et deviendra l’apport principal de la terre du jardinier. Le processus de transformation est d’ailleurs assez impressionnant ! Il est à rappeler qu’un compost correctement géré ne sent strictement rien et n’est absolument pas « sale » !

compost

Le compost, un véritable allié au jardin !

Dans tous les travaux de jardinage, le compost trouvera sa place. Un pelletée par ci, une pelletée par là… Le compost est le seul amendement qui peut être utilisé sans aucune modération ! Ce qu’il y a de formidable avec lui, c’est qu’il est toujours équilibré et n’apportera jamais rien en trop. Le compost, c’est de la terre riche, équilibrée, drainante ! En un mot : parfaite !

Le compost ne coûte rien puisqu’il est fabriqué à partir de déchets .Un produit particulièrement éconologique donc !

D’autres amendements naturels (ou fumure)

Dans tous les autres cas, des excès peuvent conduire à des déséquilibres. Chaque amendement aura une spécificité et il sera alors possible d’améliorer son sol selon la période, selon les objectifs…

Habituellement, on parle des engrais NPK (N = azote, P = Phophore, K = Potasse ou Potassium) qui sont les plus courants et les plus demandés (par les plantes). Mais d’autres comme le calcium (Ca), le soufre (S) et le Magnésium (Mg) sont également indispensables.

Le purin d’ortie apporte de l’azote en quantité. Attention donc à bien le diluer et et à ne pas en mettre trop ! Il peut avoir un effet coup de fouet (alors que le compost aura un effet plus sur le long terme, sur la structuration du sol) bénéfique comme être utilisé sur le long terme (avec binage).

Les fumiers sont les déjections des animaux. Les déjections des animaux sont particulièrement riches en azote et autres nutriments.

Le paillage ou paillis aura comme objectif secondaire de nourrir le sol également. On pourra utiliser des herbes de tonte, des herbes coupés ou autres déchets verts du jardin pour améliorer les apports du sol pendant l’hiver. Tout en protégeant le sol, en étouffant les adventices (« mauvaises herbes »), ce paillage pourra se décomposer et nourrir le sol en profondeur ! Utile, non ?

herbe-tondue

L’herbe tondue, utilisable comme paillage qui se dégrade rapidement

Les engrais verts ou la culture régénérante

L’utilisation des engrais verts dans un jardin est particulièrement intéressante et étonnante. Les engrais verts sont tout simplement des plantes (dont certaines « mauvaises herbes ») que l’on fait pousser et qui ont une fonction d’engrais !

sarrasin

Le sarrasin utilisable comme engrais vert

Selon les cas, ils se plantent au printemps ou en automne. Ils ont différentes utilités :

  • Nourrir le sol : ils stockent les nutriments notamment l’azote de l’air et le restituent grâce à leur enfouissement et décomposition.
  • Protéger le col (couvrir) : un sol nu est rarement une bonne chose. Leur culture couvre le sol et limite le lessivage par les pluies et évite la pousse d’herbes indésirables.
  • Attirer les auxiliaires : souvent mellifères, les fleurs des engrais verts attirent une faune (abeilles, insectes divers…) très utile en jardinage !
  • Améliore la structure du sol : les terres argileuses sont trop compactes. Les racines des engrais verts vont fissurer cette terre et lui apporter une aération indispensable.

Les engrais verts apportent énormément et sont presque complètement gratuits (juste le prix des graines bio et de l’huile de coude). En deux cultures ou pour du plus long terme, les engrais verts régénèrent le sol et lui apportent une vraie période de repos. Ce serait dommage de s’en passer, non ?

graines-terre

En en avant pour les cultures !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *