L'éconologie à la maison !

La tête à l'écologie sans se ruiner !

Les engrais verts : à utiliser sans modération !

Les engrais verts : à utiliser sans modération !

Vous avez pu lire ce mot « engrais verts » un certain nombre de fois sur le blog. Pour moi, cela correspond à une découverte relativement récente. En même temps, il faut avouer que l’utilisation de plantes que l’on appelle aujourd’hui « engrais verts » pour améliorer et entretenir le jardin n’est pas vraiment récente. Un peu comme toutes les « modes » qui voient le jour actuellement, qui ne sont en fait que des bonnes idées recyclées actuellement. A croire que, pendant une bonne trentaine d’années, on a un peu oublié comment fonctionnait le monde…

Les engrais verts sont des plantes, souvent des « mauvaises herbes », dont les qualités intrinsèques sont nombreuses et qui sont utilisées à différentes fins dont celle d’amender la terre, de la protéger et de la nourrir.

Quelle utilité des engrais verts ?

Les engrais verts sont des plantes quelconques, jolies pour certaines mais on n’en trouve des plus belles. Alors, pourquoi les met-on sur le devant de la scène ? Tout simplement parce qu’elles sont capables de remplacer (avec un peu d’huile de coude et quelques connaissances) les engrais chimiques produits en excès et déséquilibrés qui polluent notre bonne vieille terre. Les engrais verts sont un amendement particulièrement riche ! En collaboration avec d’autres éléments tels que le compost, ils permettent de constituer une fumure juste et équilibrée par le principe suivant : ce n’est pas l’homme qui apporte à la terre ce dont il croit qu’elle a besoin mais la terre qui produit ce dont elle va avoir besoin ! Dans la nature, on trouve des engrais verts partout où la terre en a besoin, des herbes sauvages. Dans le jardin et le potager, ce sera pareil !

Les engrais verts ont la capacité de fixer l’azote (N) dans le corps de la plante et de le restituer plus tard lors de la mort de la plante (un peu comme le bois qui emmagasine du CO² toute sa vie et qui le restitue lors de sa mort ou combustion). C’est pourquoi d’ailleurs il est si important d’utiliser les engrais verts arrachés ou coupés pour les enfouir dans la terre, dans le compost ou en paillage. Mais ils n’apportent pas que de l’azote, loin de là, selon les espèces, ils amèneront des sels minéraux, du calcium, souffre… Les engrais verts ont donc cette capacité à nourrir le sol, de diverses manières à différents moments de l’année.

Dans la nature, on note bien que la terre n’est jamais nue. Une terre nue est une terre qui, petit à petit, se stérilise. Les quelques centimètres superficiels de la terre sont composés essentiellement d’humus, cette matière en constante décomposition et particulièrement riche (dont est d’ailleurs fait le compost). Les intempéries de l’hiver (pluies et neige) ou, à d’autres moments de l’année maintenant avec le réchauffement climatique, vont lessiver la terre nue et faire partir cet humus fragile mais si indispensable à la qualité de nos cultures. Azote et autres nutriments de la vie végétale s’en iront et cela participera à l’appauvrissement de la terre. Les engrais verts vont couvrir le sol et réduire largement ce lessivage. C’est également le rôle d’un bon paillage ou paillis. Cette protection du sol est indispensable en hiver ou en été (orages) et préférable le reste de l’année ! De plus, cette couverture du sol va éviter du travail de désherbage au jardinier en empêchant la pousse d’herbes indésirables et d’adventices. Moins de travail donc !

champs nus

De plus en plus stériles !

Certains engrais verts produisent des racines très profondes et puissantes. Globalement, il existe 3 types de terres : argileuses, limoneuses ou sableuses. Les 3 possèdent argiles, limons et sables mais dans des proportions différentes. Les terres argileuses (riches et retenant bien l’humidité) ou les terres limoneuses (riches mais faisant une sorte de croûte en surface) sont souvent trop compactes, surtout les terres argileuses. L’air y passe trop peu et l’oxygénation de celle-ci est essentielle pour tous les animaux et le bon développement des plantes. Les engrais verts vont, par leurs racines, fissurer le sol et créer des galeries indispensables à la circulation de la terre dans le sol (le ver de terre aussi d’ailleurs). Cette capacité à structurer le sol se retrouvent dans beaucoup de plantes dont on a du mal à arracher les racines.

Enfin, les engrais verts sont faciles à planter et sont souvent très mellifères (capacité des fleurs à attirer des insectes pollinisateurs). Au printemps notamment, les insectes comme les abeilles ou les bourdons raffolent des fleurs de ces engrais et seront donc irrémédiablement attirés, on les trouve très souvent en train de butiner le nectar très riche de celle-ci ! Leur capacité à couvrir le sol permet aussi d’héberger une faune considérable et de lui donner refuge en cas de problème. Les auxiliaires du jardin, comme on les appelle, nos alliés à développer une agriculture durable et efficace, ne se feront donc pas prier pour venir habiter votre jardin-potager !

champ fleuri

Un beau champ fleuri qui attire du monde !

Quels engrais verts ? 3 exemples…

Les semences d’engrais verts sont faciles à trouver. Nombres de boutiques en proposent. Dans l’objectif d’un jardin naturel (voire bio), il est certain que l’on privilégiera les graines achetées dans une boutique bio ; d’autant plus que les engrais verts y sont plus faciles à trouver car liés à un travail bio de la terre. Ensuite, lorsque les engrais verts auront donnés tous leurs avantages, on pourra prolonger leur culture pour récupérer des graines, si, toutefois, l’industrie n’est pas passés par là et a modifié les graines pour en faire des graines non reproductibles

La moutarde

La moutarde (famille des brassicacées) est cette plante à fleur jaune particulièrement jolie à voir pousser au printemps. Si elle craint les chaleurs excessives, la moutarde supporte les températures négatives et faibles gelées. On peut donc la planter dès le mois de (fin) mars ou avril. Celle-ci permet de bien couvrir le sol et de le nourrir en azote et autres éléments après enfouissement. Sa culture peut être faite dans le potager ou le jardin avant la culture principale ou après ou alors intercalée entre des cultures sauf si les chaleurs estivales sont trop fortes. Pendant 2 mois environ, votre terre sera alors travaillée en profondeur sans rien faire ! Pas mal, non ?

moutarde

La moutarde

La phacélie

Cette plante (famille des hydrophylacées) sera elle-aussi mellifère et attirera nombre d’insectes dans votre jardin. La phacélie cumule de nombreux avantages même si, comme la moutarde, elle n’aime pas beaucoup les fortes chaleurs. Elle produit une biomasse importante et pourra être alors utilisée comme paillage et/ou dans le compost. Elle apportera alors avec elle ses réserves azotées ! Ses racines structureront le sol et son abondance naturelle permettra de couvrir le sol !

phacélie

La phacélie

Le sarrasin

Cette plante (famille des polygonacées) aux fleurs blanches possède tout particulièrement des vertus nettoyantes très intéressantes. Elle évite la pousse d’adventices et est particulièrement peu exigeante, poussant sur tous les sols, sa culture est, de fait, très simple. Elle apprécie la chaleur mais pas le froid (gélif dès 0°C) et pourra être associée à d’autres plantes comme la moutarde ou la phacélie !

sarrasin

Le sarrasin

Bien d’autres engrais verts existent également et ont chacun des avantages différents. Avoine, luzerne, sainfoin, seigle, trèfle, vesce…

Écologiques et économiques, les engrais verts ont tout pour plaire !

En jardinage, l’expérience est un facteur particulièrement efficace. Pour autant, même sans expérience, il est bon de commencer avec de bonnes habitudes au jardin : faire son compost, pailler ses cultures, récupérer l’eau de pluie, produire ses propres graines ou utiliser des engrais verts. Selon les cas, selon les conditions météorologiques et climatiques, selon les années, selon les choix, on n’utilisera certaines techniques et pas d’autres. C’est ça l’expérience, savoir choisir ce qu’il faut au bon moment !

Lorsque l’on cherche à faire des économies, les engrais verts sont une bonne voie car, à moyen termes (les premières graines coûteront plus que d’autres), cela économisera énormément d’arrosages, de temps, de travaux de jardinage et développera la productivité de vos plantations sans aucune pollution supplémentaire !

D’un point de vue écologique, il y a tout à gagner à les utiliser et à remplacer les polluants engrais chimiques par de simples cultures complémentaires. La question de l’équilibre est essentiel en jardinage, la terre doit avoir ce dont elle a besoin pour être fertile ! Les engrais verts participent à cela ! On ne risque rien à trop en utiliser !

Pour en apprendre plus sur la manipulation des engrais verts, je conseille fortement Je sème des engrais verts de P. Aspe (éditions Terre vivante) ou Le guide Terre Vivante de l’autonomie au jardin (plusieurs auteurs dont P. Aspe, éditions Terre Vivante).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *