L'éconologie à la maison !

La tête à l'écologie sans se ruiner !

Le vélo, un moyen de déplacement profondément égalitaire, démocratique et écologique

Le vélo, un moyen de déplacement profondément égalitaire, démocratique et écologique

Je lisais juste un article sur des enfants français faisant une enquête dans la rue pour tenter de comprendre ce qui pousse les gens à prendre leur voiture. Non seulement c’est une très bonne chose de faire participer des enfants à ce genre de chose et de les éduquer à l’écologie au sens large dès le plus jeune âge, mais je remarquais combien le vélo permet de tout faire et peut remplacer les voitures particulières (au moins en ville, même si c’est évidemment possible en campagne mais la problématique est nettement différente).

Moyen de transport, sport ou loisirs ? Prendre conscience du vélo et des cyclistes !

Le vélo (triporteur électrique, tandem, VTT, vélo de course, vélo de ville…) peut réellement être un moyen de transport efficace et c’est dans cette optique qu’il faut le voir pour des questions écologiques et de réduction des émissions de gaz à effet de serre (diminuer la production de carbone). Mais le vélo est un sport également, particulièrement exigeant d’ailleurs. La pensée populaire l’associe souvent à un jeu d’enfant. On peut aller faire du vélo quand on ne sait pas quoi faire. C’est un instrument de loisirs aussi qui permet de faire des promenades, ballades bucoliques et agréables ! C’est absolument vrai, il ne faut pas pour autant voir le vélo non sportif uniquement comme un loisirs ! Attention, lorsque vous croisez un cycliste sur la route, il n’est pas forcément là pour son plaisir mais s’en sert (même en campagne) peut-être pour se déplacer, comme d’un moyen de transport !

Sur un vélo, couleur de peau, richesses ou religions importent peu…

Lorsque l’on voit un cycliste sur une route, il est impossible de définir s’il est noir ou blanc, musulman ou athée, riche ou pauvre. La voiture ou même les transports en commun orientent vers une réponse à ces questions et permettent de reconstruire un profil. Le vélo l’interdit, trop de variables, trop d’incertitudes. Les cyclistes, comme les promeneurs, à la campagne se saluent souvent d’un signe de tête, quelles que soient les croyances ou les richesses. Ils appartiennent, momentanément, à la « caste » des cyclistes avant d’être juif ou d’origine asiatique…

Un transport plus écologique ?

On pourra dire ce que l’on veut, le vélo, c’est écolo ! Peut-être qu’il y a mieux mais le jour où les vélos remplaceront les voitures n’est pas encore là… Ça entretient, ça ne coûte pas cher, ça peut être plus rapide (dans les bouchons) que les voitures et ça ne pollue pas ! Un vélo sans assistance ne consomme rien, juste de l’huile de coude et de la sueur. Alors, bien sûr, on pourra dire qu’un cycliste mange plus qu’un automobiliste, qu’il a besoin de plus d’énergie pour faire tourner les pédales mais enfin… Un vélo avec assistance consomme à peine plus, une batterie électrique à recharger de temps en temps et… c’est tout ! Quelques watts donc ! Pour ce qui est de l’entretien, c’est comme tout : pour que ça dure, il faut en prendre soin !

Aucun GES, aucun autre polluant, juste le CO² de la respiration du cycliste ! Difficile de faire mieux, non ? Aujourd’hui, faire du vélo, c’est (comme adhérer à Enercoop) un acte militant. Les incitations dans les entreprises ou les organismes publics sont encore bien trop faibles pour développer une vraie « politique du vélo ». Dommage mais on peut gager que ça va changer…

Bien sûr, on pourra dire qu’à la campagne, le vélo, c’est compliqué. C’est un peu vrai sauf que des initiatives de parc de vélos à assistance électrique commencent à voir le jour ! Pour que le vélo ne soit pas réservé à des sportifs, les initiatives citoyennes et le développement de transports en commun accessibles et efficaces sont une vraie voie d’avenir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *