L'éconologie à la maison !

La tête à l'écologie sans se ruiner !

Un jardin dans la verticalité : cultiver autrement pour cultiver plus !

Un jardin dans la verticalité : cultiver autrement pour cultiver plus !

En ville comme à la campagne, les particuliers qui ont l’intention d’avoir un potager, se heurtent souvent à un problème de taille : le manque de place. Ce manque de place peut être un frein majeur au développement d’un bon potager dans lequel on va tenter de cultiver des légumes tout au long de l’année. En effet, si l’on se borne à du jardinage classique, on s’aperçoit que les cultures à plat prennent largement le dessus et prennent énormément de place. Une raison à cela ? Les cultures hors-sol ne sont pas encore arrivées dans le potager… Même si l’on voit quelques tentatives ça et là, l’attachement d’une culture à la terre est vivace dans nos mœurs et on le comprend bien, il faut bien que les plantes puissent tirer leur ressources quelque part. Même si ce type de culture apparaît comme moins idyllique (pas de contact avec la terre, pas de gratuité…), il n’empêche que le surplus des possibilités à cultiver ses fruits et légumes dans une solution nutritive est important…

Il n’empêche qu’il existe quelques solutions permettant d’accroître les possibilités de son potager même lorsque l’on est arrivé aux limites du potager (que l’on ne veut d’ailleurs pas forcément voir prendre tout l’espace du jardin, vues les éventuelles autres activités de celui-ci, pour les enfants ou autre…). Attention d’ailleurs à ne pas semer trop serré et à respecter un minimum d’espacement entre les légumes car les maladies fongiques guettent (l’oïdium ne développera d’autant plus si les plants sont trop serrés et se chevauchent…).

Cette recherche de solutions de développement de son potager malgré sa taille est particulièrement intéressante dans l’objectif éconologique de celui-ci. Avec un même espace, on obtiendra plus de rendement et de productions. Tant du point de vue économique qu’écologique, cette mise en pratique d’un jardinage écologique et intelligent est clairement profitable à tous !

Les plantes grimpantes et autres supports de culture

La culture en lasagne ou la culture de plantes grimpantes (légumes, fruits ou fleurs) ne doivent pas être considérées comme des cultures hors-sol : ces cas sont particuliers, c’est certain, mais la terre n’est pas exempte de ce type de culture, on ne peut donc pas les considérer comme des cultures hydroponiques… Tout simplement, les plantes gardent les pieds (racines) dans la terre même si on ne marche pas forcément sur celle-ci…

Cultiver des fruits ou légumes sur d’autres support est d’ailleurs une bonne solution pour décharger les carrés de terre du potager. Il faudra pour autant sortir du cadre classique… C’est là où astuces et imagination peuvent se défouler ! On peut imaginer plein de solutions, des fraisiers dans des gouttières en pvc, des bac verticaux accrochés à un mur inutilisé ou accrochés à un grillage…

De bonnes fraises pour midi ?

De bonnes fraises pour midi ?

Un mur couvert !

Un mur couvert !

Les plantes grimpantes sont une alternative intéressante pour gagner de la place. Seule la base du légume est en terre mais ne s’étale pas ensuite sur le sol mais s’accroche sur une structure à laquelle on aura pensé avant. Par exemple, comme souvent, il existe une variété « naine » et une variété grimpante du légume, c’est le cas du haricot dont les variétés naines et « à rames » (grimpantes) sont nombreuses, du pois également. Les variétés naines vont prendre de la place au sol et produire modérément contrairement aux variétés à rames. Pour ces dernières, une structure solides où les haricots pourront s’accrocher est nécessaire. Ce pourra être des tuteurs ou d’autres structures plus originales comme des tipis par exemple.

tipis

Très rapides à faire et efficaces, les tipis !

Pour des tuteurs, inutile d’en acheter dans le commerce. Des branches de noisetiers (droites et solides mais souples) plantées solidement dans le sol à l’envers pour éviter que ça ne reprenne (c’est le hic) ou du bambou taillé l’hiver précédent seront des alliés parfaits et gratuits ! Les ressources utilisées doivent être bien ancrées dans le sol, souples et solides !

La permaculture et les cultures étagées

L’une des pratiques courantes de la permaculture est de laisser libre cours aux cultures et d’imiter intelligemment ce qu’il se passe dans la nature. Si l’on regarde bien, on y voit que les plantes poussent très serrées à des niveaux différents et que cet apparent désordre mérite plus d’égards vu son efficacité ! Dans les descriptifs de plantes dont on va acheter les graines ou que l’on va récupérer (il est plus intéressant de produire ses propres graines car les plants seront mieux adaptés à l’environnement local), on trouvera facilement (ou même sur Internet) les hauteurs moyennes des plants adultes. C’est très pratique car on peut, de fait planter plus serré, se servir des feuilles produites pour faire de l’ombre aux plus petites. Des fraisiers (fraises des bois ou fraisiers plus classiques) pourront couvrir le sol, avec un bon paillage : ensuite, on pourra peut-être imaginer des framboisiers bas, des arbustes ensuite comme des groseilliers ou cassissiers, des petits arbres…

les cultures étagées

Prisedeterre.net : les cultures étagées

Cet étagement n’est pas seulement propre à la permaculture mais celle-ci l’a érigé en tant que base à son système. Finalement, peu importe la taille du jardin, on peut toujours, avec un peu d’imagination, trouver des solutions intéressantes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *