L'éconologie à la maison !

La tête à l'écologie sans se ruiner !

[Témoignage] Je récupère les graines de radis !

[Témoignage] Je récupère les graines de radis !

« Produire soi-même ses propres graines est un travail particulièrement sympathique, je trouve ! En effet, ce n’est pas vraiment compliqué, cela ne demande pas grand chose et donne une vraie valeur ajoutée à son travail. On a l’impression de maîtriser de bout en bout la chaîne de culture ! »

Un travail à peine plus compliqué

Lorsque l’on souhaite récupérer les graines d’une culture quelle qu’elle soit, un certain nombre d’étapes sont à mettre en place. Premièrement, il s’agit, lorsque les plants ont bien poussé de choisir les porte-graines, ces plants qui se seront produits uniquement pour la création des graines de l’année suivante. On choisira logiquement les meilleurs plants, les plus beaux, gros, vigoureux et avec le moins de maladies possibles. Dans le cas des radis, le calcul est assez simple : 1 semaine (pour des radis de 18 jours) avant de les récolter, jeter juste un œil à vos cultures et choisissez dans votre tête les meilleurs. Ensuite, il s’agira de les faire pousser et de ne pas les ramasser pour les manger (difficile des fois!), le radis lui-même grossira nettement plus. Sur le pied, la tige va se développer, des fleurs vont se former et disparaître et les siliques (sortes de gousses) pleines de graines vont apparaître. Laissez-les sécher sur le pied (jusqu’à ce qu’elles deviennent marrons) et arrachez-les. Laissez-les sécher encore quelques jours jusqu’à ce qu’elles soient bien sèches et cassantes.

siliques radis

Des siliques de radis de 18 jours bien mûres !

Vous pourrez alors récolter les graines de radis contenues dans les siliques en ouvrant avec les doigts. Attention à ce qu’elles ne s’échappent pas ! Récupérez les graines et stockez les (de préférence dans du papier) pour l’année suivante !

graines de radis

Les fameuses graines de radis

Tout le processus, notamment pour des quantités un peu plus importantes sont décrites dans l’ouvrage « Produire ses graines bio » de Christian Boué ou repris en partie dans « Le guide Terre Vivante de l’autonomie au jardin ». Cela prend un peu de place (faire pousser des radis uniquement pour des graines) mais un seul pied pourra vous donner 25 ou 30 graines viables ! Alors ça vaut le coup !

Produire ses graines bio

Produire ses graines bio

Le problème des graines F1 hybrides

L’industrie agro-alimentaire et semencière a depuis longtemps flairé le coup ! Bien entendu, il est impossible de récupérer les graines des fruits et légumes achetés dans le commerce. Plus encore, l’achat de graines ordinaires, même de bonne qualité, dans les supermarchés habituels concerne la plupart du temps des graines hybrides F1. Celle-ci ne peuvent fonctionner qu’une année. Il faut donc en racheter l’année suivante. Alors que la nature a prévu un système bien différent, ces hybridations contre-natures ont quelque-chose de profondément révoltant lorsque l’on s’en aperçoit, non ? (A noter qu’il ne s’agit pas d’OGM, Organismes Génétiquement Modifiés, mais d’hybridations génération après génération) Bref, l’essentiel est donc d’acheter des graines reproductibles (non « F1 » sur l’emballage), des graines que le monde de l’industrie et de la chimie modernes n’aura pas touché. Ces graines-là (ce sera mieux si elles sont bio, l’agriculture biologique étant à l’origine de bienfaits prouvés maintes fois mais ce sera le type de culture réalisé ensuite qui sera probablement le plus important pour le bio) pourront produire autant que vous le souhaitez et vous pourrez en récupérer les graines après culture, comme vous pouvez récupérer les graines de plantes sauvages ou les feuilles, fruits ou fleurs pour des tisanes maison !

De vraies économies

Dans un potager de 50 m² par exemple, l’achat de graines années après années peut se monter à plusieurs dizaines voire centaines d’euros. Même si cela prend un peu de temps, la création et la récupération de ses propres graines peut réaliser de bonnes économies !

Mais cette pratique a probablement d’autres d’intérêts. Cette pratique a toujours été utilisées de tout temps et ce n’est que récemment que les agriculteurs comme les jardiniers amateurs ont complètement désappris la récupération de bonnes graines. Les fruits et légumes que l’on cultive dans son champ ou potager s’adaptent petit à petit à l’environnement du champ ou du potager. Ils développent des défenses spécifiques contre les ravageurs ou les champignons, s’adaptent à la terre et ses qualités nutritives, s’adaptent au climat et à la météorologie, développent des défenses contre le manque d’eau ou ses excès, la chaleur, le froid, votre façon de jardiner… Et tout cela s’inscrit dans son patrimoine génétique. Années après années, les graines que vous récupérez s’adaptent donc à votre environnement et sont logiquement nettement plus efficaces et ont un meilleur rendement que des graines non reproductibles… C’est là le grand intérêt biologique et écologique de ce type de graines. A moyen terme, les rendements seront logiquement bien meilleurs ! (et, si l’on combine cela avec de la permaculture…!)

Que du bonheur !

Dans le processus global du jardinage et maraîchage amateur, le fait de produire ses propres graines a quelque-chose de profondément gratifiant. Cela permet de boucler la boucle ! On est alors complètement autonome et on n’a besoin d’aucun substitut ou corollaire industriello-chimico-commercial. Le jardinier amateur maîtrise alors le processus complet (semis, pousse, récolte, graines) ! Et ça peut recommencer d’années en années !

Personnellement, je récupère toutes les graines (que je connais, attention aux récoltes trop peu documentées) que je peux, de mon potager comme dans mon environnement immédiat (jardin ou voisinage proche). En notant bien de quoi il s’agit, la date et le lieu de récolte, on peut faire des échanges et/ou en profiter soi-même où on le souhaite et complètement court-circuiter le parcours commercial classique ! Le jardinage devient alors un loisir gratuit, ne demandant qu’un peu de temps mais permettant de profiter pleinement de la nature (d’autant plus si l’on privilégie les auxiliaires de jardin et bannit tout produit chimique ou pesticides de chez soi !) et de tout ce qu’elle peut nous apporter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *