L'éconologie à la maison !

La tête à l'écologie sans se ruiner !

Le scandale des graines F1 non reproductibles

Le scandale des graines F1 non reproductibles

La plupart d’entre nous, sans être dans un cas très particulier, achète régulièrement ses graines pour son potager dans le commerce, en supermarché ou en jardinerie. Ces graines ne sont pas mauvaises en soi mais elles portent en elles-même les germes d’une horizon très limité et d’une fin de vie malheureusement programmée. Personnellement, je n’avais pas conscience de tout cela et j’ai acheté pendant des années des graines sans avenir…

Les graines hybrides, des graines contre-nature

Sur les paquets du commerce se trouve souvent mais pas obligatoirement  un logo « F1 ». Ce logo, que l’on trouve la plupart du temps, signifie que les graines que l’on achète sont des graines hybridées industriellement. Cela signifie qu’années après années, les graines ont été sélectionnées (ce ne sont pas pour autant des OGM, organismes génétiquement modifiés) pour ne pouvoir être utilisées qu’une seule fois et ne produire aucune graine viable. Impossible donc de les réutiliser, de produire ses propres graines, de sélectionner de beaux et bons porte-graines !

A partir de ces graines (qui en soit, peuvent être très bonnes, j’ai quelques graines de courgettes que je resème chaque année et qui produisent énormément et de très bonnes courgettes), il est donc obligatoire de resemer les fleurs, fruits ou légumes chaque année, donc de racheter des graines tous les ans !

Dans la nature, le processus de multiplication par graines de la nature est un processus naturel, l’un des plus utilisés par les plantes pour se multiplier. Les graines peuvent être transportées par le vent, les animaux, les hommes… Ces graines comprennent un patrimoine génétique qui change et évolue dans le temps selon les conditions climatiques, topographiques… C’est pourquoi la nature est si diverse et variée. L’hybridation se déroule donc naturellement. Le processus de création de graines est un processus essentiel et vital pour de nombreuses plantes pour survivre et se développer. L’évolution naturelle saura changer les qualités des graines, leur fonctionnement etc. mais jamais le principe de reproduction qui est tout simplement un processus de vie !

Maîtriser le vivant, un concept révoltant, non ?

L’homme a corrompu ce système bien huilé en introduisant l’hybridation de masse. La plupart des graines dans le jardin et (surtout) le potager ont définitivement perdu ce processus évolutif propre à la vie qui s’adapte à ses circonstances de vie. En supprimant cette possibilité reproductive, il est désormais impossible, pour un légume du potager, de se reproduire, ce qui est un trait incontournable de la vie !

De plus, l’homme a cherché à transformer toutes les plantes au jardin ou au potager en annuelles. Les plantes vivaces ont quasiment toutes disparues du jardin et/ou potager. On trouvera tout de même quelques vivaces comme les poireaux perpétuels ou quelques variétés de légumes comme les choux Daubenton. En limitant cette possibilité, l’homme a limité une liberté fondamentale de l’homme (sans parler de la nature bafouée), celle de jouir de son environnement comme il l’entend.

Cette restriction a été imaginée juste après la dernière guerre et très rapidement mise en place, si bien que les citoyens du monde ne sont actuellement pas vraiment au courant. La dernière génération est née avec ce problème et non avec une volonté de résistance quelconque.

Et pourquoi ? L’objectif si trivial des grands semenciers du monde est uniquement financier. En privant les citoyens d’une liberté si basique, nous sommes tous obligés d’acheter les graines années après années et de dépenser des dizaines voire des centaines d’euros. En ce qui concerne l’agriculture traditionnelle, c’est la même chose. Les agriculteurs et maraîchers actuels ont été habitués à racheter leurs semences tous les ans, ce qui n’a aucun sens vu la quantité de graines qu’ils pourraient avoir. (quand on voit par exemple ce qu’un seule graine de radis est capable de produire comme nombre de graines, 50 à 250 par pied) , si ce n’est pour les multinationales des semenciers et leur portefeuille. Se diriger vers une agriculture biologique et travailler avec des graines naturelles semble nettement plus logique, non ?

un plant de radis qui sèche

De nombreuses graines pour 1 seul pied !

Produire ses propres graines et acheter des graines avec un avenir !

Dans le monde de la production naturelle de graines, en France, on parle beaucoup du « cas Kokopelli », association en lutte constante contre ce monopole scandaleux. La loi interdit aujourd’hui la vente de graines de variétés de « plantes non inscrites au catalogue », catalogue normatif qui recense les plantes qui peuvent être vendues et cultivées. L’association Kokopelli lutte contre cette limitation du catalogue. Mais, plus légalement (mais contre l’esprit des multinationales), un certain nombre de boutiques vendent des graines normalement et naturellement reproductibles et même bio pour certaines. Ces boutiques (la ferme de Sainte-Marthe, Biaugerme, Semailles…) font la promotion des fameuses « semences paysannes », celle qui ont été utilisées par nos paysans du monde pendant des siècles et où l’hybridation restait un processus naturel couramment utilisé mais à de réelles fins qualitatives pour le bien du tous et non celui de quelques uns…

Une production naturelle de graines !

Une production naturelle de graines !

La plupart des plantes ne peuvent être multipliées sans graines. Chacun d’entre nous est donc obligé d’acheter des graines la première fois (à moins qu’elles ne soit données, ce qui est nettement plus conforme à la nature ultra-généreuse de la nature elle-même). Pour autant, ensuite, les années suivantes, on pourra produire ses propres graines et contribuer naturellement au processus d’hybridation en ne gardant que les meilleurs plants semés. On pourra alors se rendre compte du processus complet de création de la vie, de son développement et de sa mort naturelle ou non dans le cas de vivaces. Alors, plus de F1 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *