L'éconologie à la maison !

La tête à l'écologie sans se ruiner !

Des remèdes dans son jardin, un trésor trop souvent oublié !

Des remèdes dans son jardin, un trésor trop souvent oublié !

Bien souvent, la possession n’est même pas obligatoire pour pouvoir se concocter des remèdes tout simples avec pas grand chose. J’ai déjà parlé de tisanes et autres décoctions bien utiles à partir de ce que l’on trouve dans son jardin. Mais l’on peut faire appel à quelques ressources extérieures pour pas grand chose non plus. L’herboristerie est une science trop souvent oubliée pour différentes raisons d’ailleurs, il n’empêche que pour des recettes médicinales ou cosmétiques simples avec les « simples du jardin », c’est rudement pratique !

L’herboristerie abandonnée il y a à peine ½ siècle…

La maison d’édition Terre Vivante a sorti tout récemment un Hors-Série de son magasine Les 4 saisons du jardin bio « Se soigner avec son jardin ». En avril 2016, elle sortait également un ouvrage de C. Luu, experte en phytothérapie et herboristerie, 250 remèdes à faire soi-même. Ces deux ouvrages (le 2ème est nettement plus complet, une véritable bible et mine d’information) sont de grande qualité et permettent d’en apprendre beaucoup et très facilement, des recettes très faciles et véritablement efficaces !

Se soigner avec son jardin

Se soigner avec son jardin

250 remèdes naturels à faire soi-même

250 remèdes naturels à faire soi-même : un ouvrage très utile au quotidien !

Il se s’agit pas de recréer une pharmacie chez soi. Pour autant, dans le cadre d’une utilisation familiale et locale, un bon nombre de solutions médicinales simples peuvent être réalisées à la maison.

Et c’est bien dommage !

Comme on l’a déjà dit sur ce blog, l’utilisation de plantes, même achetées, est logiquement nettement moins chère voire gratuite que de médicaments issus de laboratoires privés. C’est une solution également nettement moins polluante. La fabrication de médicaments est elle-même polluante mais les résidus médicamenteux se retrouvent dans nos selles et urines et (après un passage dans nos égouts et dans nos STEP ou stations d’épuration bien peu décontaminantes) dans la nature. Les molécules issues directement de la nature, sauf en trop grande quantités comme les nitrates, ne sont pas polluantes.

Et puis, le retour aux connaissances ancestrales de la nature (sans évidement écarter les connaissances médicales, chimiques voire industrielles actuelles), a cela de logique voire d’évident qu’un retour au respect de notre environnement et de la nature est actuellement éminemment souhaitable vu l’éloignement actuel de l’homme avec ses origines… L’acte de concocter soi-même ses propres remèdes est particulièrement agréable, cela permet de limiter notre dépendance à des molécules trop souvent agressives et l’on prend conscience de cette capacité de « mettre la nature de son côté » pour se défaire des petits tracas quotidiens… Sans oublier qu’en cas de symptômes persistant ou en cas de maladie importante, le recours à la classique médecine allopathique est indispensable !

Coquelicot et bourrache…

Il est certain qu’il est préférable de trouver les plantes dans son jardin ou d’aller se promener dans la nature pour les trouver. Pour autant, parfois, c’est compliqué ! On pourra alors faire appel (exceptionnellement) à des boutiques spécialisées dans la vente de plantes séchées. En ligne, on trouvera de véritables herboristeries qui vendent tout ce que l’on souhaite ! (à noter que c’est bien la formation qui est interdite depuis la guerre et non la vente de plantes) On trouvera par exemple, des fleurs séchées que l’on n’a pas trouvées en quantité suffisante dans la nature ou nouvelles que l’on a pas encore pu faire pousser dans son jardin…

Le sirop de coquelicot, à partir d’une décoction de pétales de coquelicot, est très simple à réaliser et pourra agir contre les faiblesses de toute l’année (antitussif, état grippal, calmant…) tant en préventif qu’en curatif. Son caractère très doux permettra de l’utiliser pour les enfants, sans aucun souci !

Le sirop de coquelicot

Le sirop de coquelicot

La tisane de bourrache (borago officinalis), si elle est déconseillée aux femmes enceintes ou allaitantes, possède, elle, une action diurétique et sudorifique. Pour des adultes, elle est également très efficace cotre la toux et ses qualités expectorantes pourront agir bénéfiquement sur une angine à venir…

bourrache

Des sommités fleuries de bourrache séchées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *