L'éconologie à la maison !

La tête à l'écologie sans se ruiner !

Pourquoi utiliser l’allumage inversé lorsque l’on fait un feu ?

Pourquoi utiliser l’allumage inversé lorsque l’on fait un feu ?

On le sait, la combustion de bois peut être relativement polluante, non pas en termes de CO² (l’énergie-bois est considérée comme neutre) mais en terme de particules fines. Elle l’est uniquement si la combustion se fait mal. Les raisons de cela peuvent être nombreuses : sécheresse du bois, âge et entretien du poêle, type de combustible… A cela, il faut ajouter la « façon de faire du feu ». En effet, selon comment on s’y prend, la combustion du bois peut être bonne ou non et à l’origine de plus de pollution. Si le bois-énergie est une énergie moins polluante que les énergies fossiles, c’est uniquement si l’on fait attention à ce que l’on fait ! Cet argument de la pollution n’est pas le principal avantage du bois-énergie mais il peut clairement devenir un bon argument si l’on remet en question notre façon de faire du feu !

Un allumage classique logique mais peu pratique…

Habituellement, la combustion du bois se fait de bas en haut. On construit un sorte de pyramide de bois de plus en plus gros (du bois d’allumage aux bûches imposantes) et met le feu à du carton ou du papier journal au bas (ou sous) de cette pyramide. La logique veut qu’en effet, on mette d’abord le feu à de petits éléments qui vont enflammer les moyens qui vont enflammer les gros… Du bas vers le haut.

Ce système génère de nombreux gaz et cela va avoir pour conséquence de faire monter la température du foyer assez lentement. Les gaz seront peu rebrûlés, même dans le cas d’un système à double-combustion ! Car pour que ce système fonctionne bien, il est indispensable que la température du foyer soit très élevée ! Des gaz (surtout en début de « flambée ») hautement chargés en particules fines et autres polluants (souffre…) sont donc relâchés dans l’atmosphère… Sans compter que, moins la température du foyer est rapidement haute, moins le bois sera bien brûlé et le rendement de l’appareil sera nettement dégradé…

L’allumage inversé

Cette fois, il s’agit d’inverser le tout. Mettre les bûches du bois sec en bas ainsi qu’un peu de bois d’allumage sec et un allume-feu au centre ! La combustion se fait du haut vers le bas.

allumage-inverse

La hiérarchie des bûches à enflammer dans un allumage inversé

L’allume-feu est indispensable pour donner le temps au petit bois de s’allumer. Il peut être composé de lamelles de bois assemblées entre elle et enduite de cire par exemple. Nettement plus long à brûler que du carton ou papier-journal (plusieurs minutes contre quelques secondes à dizaines de secondes), l’allume-feu est un élément essentiel et incontournable pour que « le feu prenne bien ». Le démarrage est un plus difficile et plus long que l’allumage classique d’où un allume-feu à la place du papier ou carton (une dizaine d’euros par mois mais moins de bois brûlé pour la même chaleur !).

allume-feu

Un allume-feu bien pratique de 6 centimètres !

L’allumage se fait donc par le haut. Le petit bois sec (résineux la plupart du temps) prend vite feu, s’il est bien sec et prend alors le relais de l’allume-feu afin d’enflammer finalement les bûches. Veillez bien entendu à laisser de l’air entre elles et un lit de cendres ou les restes du feu précédent !

Du petit bois sec

Du petit bois sec

Les cendres de bois produites sont, si la technique est respectée, nettement moindres également, moins de déchets et plus d’énergie, que du bon !

Cette méthode n’est finalement pas si différente mais a pour conséquence de mettre les gaz de combustion dans les flammes afin qu’ils deviennent eux-même un combustible. D’un côté, il sont brûlés un première fois avant l’éventuel système de double-combustion et d’un autre, ils permettent au foyer de monter en température nettement plus rapidement ! Car c’est là l’avantage principal : le foyer monte nettement plus vite en température et les gaz de combustion peuvent être mieux brûlés et plus efficacement. Le démarrage est plus lent et moins spectaculaire (on a l’impression que le feu va s’arrêter…) mais au final, cela fonctionne nettement mieux, moins de pollution et plus de chaleur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *