L'éconologie à la maison !

La tête à l'écologie sans se ruiner !

Cas pratique : laine de verre ou ouate de cellulose ?

Cas pratique : laine de verre ou ouate de cellulose ?

On a déjà parlé des avantages considérables des isolants biosourcés sur les isolants minéraux et même les isolants synthétiques. En théorie… Aujourd’hui, dans le cas précis de l’amélioration de l’isolation thermique d’une maison des années 2000, on a le choix entre ajouter une couche d’isolation en vrac de laine de verre et une couche d’isolation en vrac de ouate de cellulose. Laquelle est la plus pertinente ?

La situation en place

Cette maison a été construite de manière très classique à partir de murs en briques et du fameux placostyrène, une solution économique qui alliaient des plaques de plâtre avec une fine couche de polystyrène (isolant synthétique) et de la RT 2000 (Réglementation Thermique). Elle y répond donc. Cette RT est la première avec un niveau d’exigence relativement avancé, ridicule aujourd’hui selon l’urgence climatique et immobilière actuelle mais tout de même bien réelle. La toiture est faite de « fermettes », une solution aussi économique de charpente en bois alliant économies matériaux de moindre qualité. Ces fermettes équipent aujourd’hui toutes les maisons neuves depuis un certain nombre d’années. Les combles sont donc des combles perdus non aménageables en l’état ; il faudrait modifier et retirer le système de fermettes ce qui entraînerait des modifications lourdes de la maison. Sur le plancher de ceux-ci ont été posés 20 centimètres de laine de verre en rouleau à la construction de la maison ; aujourd’hui, elle a perdu une grande partie de ses qualités isolantes ainsi qu’elle s’est largement tassé sous son propre poids (plus que 12 à 15 centimètres).

Plusieurs objectifs

L’isolation à faible coût (de gratuite à peu chère, selon les revenus de chacun) existe bel et bien ! Elle est aujourd’hui proposée par des professionnels (RGE) de l’isolation thermique et est payée par les fameux CEE (Certificats d’Economies d’Energie) payés par les grands fournisseurs d’énergie (hors électricité) comme Total, GDF…

isolation des combles à 1 euro

L’isolation des combles à 1 euro pour les ménages modestes !

Dans cette offre, il est possible d’améliorer l’isolation thermique de ses combles gratuitement ou pour très peu d’argent. L’offre propose de la laine de verre gratuitement sans dépose de l’ancien isolant ou de la ouate de cellulose avec la même réduction (mais on paye la différence de prix laine de verre / ouate de cellulose ainsi que la dépose de l’ancienne laine de verre). Si, d’un point de vue strictement financier, le choix de l’une des deux offres est évidente, on se rend compte, à la réflexion que ce n’est pas si simple…

Au départ l’objectif est de profiter d’une offre réelle et intéressante financièrement. Comme, dans cette maison, les combles sont isolés (peut-être mal), ce n’est pas forcément une priorité. Mais, cette offre ne coûte potentiellement rien, la question de pose vite. Mais vaut-elle vraiment le coup ?

Laine de verre et ouate de cellulose

Financièrement, il n’y a pas photo ! Et l’impact financier a une telle importance que l’on n’aurait tout à fait pu ne pas y regarder plus avant. Pour autant ce n’est pas si simple… Le prix est de 5 euros/m² environ plus cher pour la ouate de cellulose (65m² à couvrir * 35 cm contre 33 cm de laine de verre). Le surplus de prix est faible mais est fortement aggravé par la dépose obligatoire de l’ancien isolant, qui, on en reparlera, aura au final de nombreux avantages.

La laine de verre, parfois qualifiée « d’amiante du futur » possède de très bonnes qualités isolantes. Son lambda se situe entre 0,036 kWh.m²/an et 0,042 kWh.m²/an, selon la densité du produit (la laine en vrac soufflée est proposée à 0,038 kWh.m²/an). En parallèle, la ouate de cellulose est elle un peu (pas grand chose) moins efficace et son lambda se situe entre 0,038 kWh.m²/an et 0,045 kWh.m²/an. La ouate de cellulose soufflée proposée est évaluée à 0,042 kWh.m²/an. Très léger avantage donc à la laine de verre.

Les 2 matériaux sont sensibles à l’humidité. Les 2 doivent être installés complètement secs et ne pas être « les pieds dans l’eau », d’où l’obligation encore plus importante d’un pare-pluie. Léger avantage à la ouate de cellulose tout de même car, après séchage, elle pourra retrouver ses qualités isolantes, ce qui sera difficile pour la laine de verre.

Pour autant, la vapeur d’eau est très bien gérée par la ouate de cellulose, elle saura correctement gérer son passage contrairement à la laine de verre qui bloquera tout simplement son passage. La gestion de l’hygrométrie est d’une importance capitale pour le confort des habitants d’une maison. En effet, celui-ci varie beaucoup selon le degré d’humidité de la maison. Si les isolants (les isolants synthétiques bloquent même d’eau liquide) bloquent cette humidité et ne savent pas la gérer, il pourra s’en suivre une mauvaise gestion de l’humidité dans la maison et des traces de moisissures pouvant conduire à des urgences sanitaires plus ou moins marquées. Les isolants biosourcés comme la paille ou la laine de bois combinés à des matériaux de construction d’origine naturelle comme la terre (terre cuite ou terre crue), tout cela associé à une ventilation performante (VMC, VMI ou VMC double-flux) sont une nécessité sanitaire de premier plan !

Pour autant, vu la position du futur isolant dans la maison (posée sur le plancher des combles perdus), la gestion de l’hygrométrie n’est pas forcément aussi importante que dans les murs de la maison quoique cela dépende bien évidemment des habitudes de vie dans la maison.

Vient ensuite la question probablement la plus importante de cette opposition : le confort d’été ! La laine de verre (même en forte densité de pose) possède une mauvaise masse thermique et un mauvais déphasage thermique. Cela signifie tout simplement que la laine de verre ne saura pas accumuler la chaleur d’été et la restituera en 5 heures. Si les première calories commencent à traverser l’isolant à 11h du matin, elles en sortiront à 16h, heure la plus chaude de la journée ! En revanche, la ouate de cellulose possède une bonne gestion du confort d’été. La chaleur la traversera en 11h (la laine de bois possède le meilleur déphasage thermique des isolants, de 12h) : pour des calories qui commencent leur passage à 11h du matin, elles auront fini de traverser l’isolant à 22h le soir, lorsque, dehors, il fait plus frais et que les fenêtres peuvent être ouvertes pour une bonne ventilation nocturne !

Coté sanitaire, la ouate de cellulose est naturelle et génère uniquement de la poussière. Pour sa pose, on mettra tout de même un masque, notamment en raison du sel de bore, ajouté pour ignifuger la ouate de cellulose et potentiellement (c’est un débat actuel) problématique mais les quantités sont moindres puisque ce n’est qu’un adjuvant. La laine de verre est, quant à elle, irritante pour les voies respiratoires voire cancérigène dans certains cas. Pour sa pose, un équipement complet est largement recommandé pour éviter que les fibres de verre ne se collent à vos vêtements… Même chose pour un masque de respiration.

Finalement…

La ouate de cellulose sort largement vainqueur de cette opposition. Ce isolant vous protégera l’hiver des températures basses, vous apportera un réel confort de vie dans l’habitation (dans le cas où toutes les parois sont isolées avec des isolants biosourcés), vous assurera d’une réelle qualité sanitaire et vous permettra de nettement moins souffrir des chaleurs estivales. Là-encore, si seule la toiture est isolée avec des isolants biosourcés, ce sera nettement moins efficace mais c’est un bon début ! De toute façon, il est certain qu’il sera nécessaire de revoir l’isolation thermique de toute la maison et le remplacement de l’isolant synthétique dangereux utilisé dans les murs (saviez-vous que le polystyrène comme le polyuréthane produisent des gaz toxiques voire mortels s’ils brûlent ?) mais là c’est une autre histoire…

L’impact financier d’une solution certes mauvaise pour plein de raisons mais gratuite et d’une solution nettement meilleure mais payante se feront sentir. Le choix n’est pas encore avalisé mais en passe de l’être…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *