L'éconologie à la maison !

La tête à l'écologie sans se ruiner !

La liberté au jardin et les prairies fleuries

La liberté au jardin et les prairies fleuries

Un jardin peut avoir plusieurs fonctions : esthétique (beau), utilitaire (potager, médicinal), ludique (jeux pour enfants) ou de bien-être. Dans tous les cas, les fonctionnalités du jardin se mélangent. C’est la proportion de chaque élément qui au final fixe les règles et la constitution finale du jardin.

Un jardin esthétique

La complication est de donner clairement un sens commun à ce qu’est un « beau jardin », vu que la notion d’esthétique dépend de chaque personne. Pour certains, un beau jardin se rapproche du jardin à la française, bien taillé, bien carré, au cordeau : c’était clairement la tendance dans les années 80. Aujourd’hui, une nouvelle tendance (accompagnée par la permaculture) est à la liberté du jardin et aux prairies fleuries : « laisser la nature faire », juste lui donner un coup de main.

Une prairie fleurie est un espace au jardin plus ou moins grand où l’on laisse les plantes pousser mais plus ou moins savamment… Des fleurs sont nombreuses et, du printemps à l’automne, façonnent le paysage du jardin : crocus, jonquilles, phacélie, bourrache, moutarde, marguerites, cosmos, verveines, œillets, soucis… Cela ne signifie pas que les plate-bandes sont laissées à l’abandon ! Au contraire, la terre est préparée à la sortie de l’hiver et des graines sont semées pour pousser dès le mois d’avril… Des annuelles la plupart du temps mais il peut s’agir de vivaces qui reviennent tous les ans ! Cela concerne également les arbres et arbustes : forsythia, seringat… Ce degré de liberté laissé aux plantes dépendra des jardiniers et de la notion que l’on se fait d’un « beau jardin ». Derrière cet apparent capharnaüm de couleurs se cache peut-être un ballet savamment orchestré. Les « mauvaises herbes » seront plus ou moins laissées tranquilles (pissenlit, plantain…) mais, de toute façon, toutes les plantes donneront des fleurs à un moment ou à un autre et aucune n’est par principe inutile…

Des fleurs, des fleurs, des fleurs !

Des fleurs, des fleurs, des fleurs !

Les prairies fleuries ont souvent plusieurs fonctions (cette multi-fonctionnalité est un des traits essentiels de la permaculture) et, lorsque l’on vient visiter le jardin à un moment donné, on ne s’en pas forcément compte, mais il peut être aussi une source aromatique, médicinale, tinctoriale…

Un rôle utilitaire

Rares sont les jardins sans coin potager, aromatique ou médicinal. Selon les cas, on peut souhaiter uniquement cultiver quelques tomates cerise pour les apéros de l’été et de la ciboulette pour accompagner une omelette ou chercher l’autosuffisance alimentaire.

La prairie fleurie, dans cet objectif-là, accompagne merveilleusement le jardin. Non seulement des fleurs ont un rôle à part entière dans le potager (des fleurs au potager !) comme les œillets d’Inde, les soucis ou les capucines (belles, attirent les pucerons qui ne vont donc pas ailleurs mais aux fleurs également comestibles) et bien d’autres mais, à l’inverse, les fleurs de certains légumes cultivées, comme les fleurs de l’artichaut, apportent un vrai plus au jardin.

butte fleurie

Une butte fleurie !

Les fleurs de la prairie fleurie ont naturellement un caractère mellifère, c’est à dire qu’elles attirent naturellement nombre d’insectes pollinisateurs. Ce caractère mellifère est essentiel pour la création de fruit que l’homme va manger ! Dans le cas de la courgette par exemple, les insectes pollinisateurs comme les abeilles sont donc essentiels pour visiter les fleurs femelles couvertes de pollen des fleurs mâles et mettre en place à reproduction tant recherchée, à l’origine d’une bonne fructification et de graines de qualité, notamment pour produire ses propres graines. Dans cet objectif, une prairie fleurie ou des fleurs dans le potager est donc largement recommandée (avec un jardinage sans pesticides bien évidemment).

De plus, on pourra récolter les plantes, tout ou partie, dans un objectif comestible, tinctorial (faire de la teinture) ou médicinal dans le jardin des simples ! Coquelicots, mauves sylvestre ou capucines permettent de préparer tisanes, teintures mère ou macérats incontournables, sans parler du millepertuis, de la lavande ou des soucis (calendula).

Un rôle ludique et éducatif

Dans le jardin familial, on trouvera souvent une zone propice aux jeux des enfants (portique, jouets divers, piscine biologique…). Une prairie fleurie, en plus d’apporter du plaisir au regard des enfants, sera l’occasion d’apprendre plein de choses sur le fonctionnement et le développement des plantes. Mais également sur la vie et le développement des insectes attirés comme des papillons ou des abeilles. Apprendre aux enfants le fonctionnement de la nature est essentiel pour comprendre le fonctionnement du monde qui nous entoure et nos enfants se sont souvent un peu trop détachés de cet apprentissage de leur environnement. Les enfants n’ayant jamais eu le plaisir de manger une carotte qu’ils ont eux-même semée et vu grandir sont malheureusement nombreux…

La prairie fleurie participe de cette globalité fonctionnelle et systématique au jardin. Une zone fleurie, une zone potagère, une mare, une serre, un véritable écosystème recréé et la recherche de l’abondance permaculturelle n’est pas très loin…

Quel plaisir de déambuler dans son jardin sentant bon l’humus et le parfum capiteux des fleurs, un soir de juin, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *