L'éconologie à la maison !

La tête à l'écologie sans se ruiner !

Les avantages d’un bon choix de ventilation pour sa maison

Les avantages d’un bon choix de ventilation pour sa maison

On l’a souvent dit, la ventilation d’une maison est souvent le parent pauvre lors de la construction neuve ou d’une rénovation lourde de la maison. On la considère comme moins importante que les techniques de construction, la place de la maison, sa configuration, son isolation thermique ou ses finitions. Cela a pour conséquence qu’on va lui attribuer moins de temps et de budget…

Pourtant, une bonne ventilation est cruciale !

Les maisons, de nos jours, suivent des RT (RT 2005, RT 2012…) de plus en plus exigeantes. Notamment en terme d’isolation thermique… Les résistances thermiques sont par exemple de 8 pour les combles ou la toiture d’une maison RT 2012, ce qui correspond à, en gros, 40 cm d’isolant, et de 5 pour les murs. Ces obligations sont pour autant une bénédiction en matière d’économies tant financières qu’écologiques. La maison perd moins la chaleur qu’elle produit. La future RT 2020 sera encore plus exigeante, surtout en matière d’utilisation d’appareils à énergies renouvelables (énergie solaire, éolien…). Le top du top actuel reste tout de même la maison passive qui consomme tellement peu et garde si bien la chaleur qu’elle n’a pas besoin de produire de la chaleur, le solaire passif lui suffisant… Mais la RT 2012 ou le label Passiv’haus exige également une étanchéité à l’air très importante. Sans elle, de toute façon, il est inutile d’espérer avoir une maison performante. Cette étanchéité à l’air permet de supprimer tout point d’entrée d’air non contrôlé dans la maison. Le test « blower door » est d’ailleurs là pour le prouver… Les « passoires thermiques » sont à présent du passé !

Plus l’étanchéité à l’air est importante, moins l’air est naturellement renouvelé. C’est là qu’entre en jeu la ventilation. Nos maisons ont de plus en plus besoin d’une ventilation permettant de correctement renouveler l’air de la maison et, surtout, intelligemment. Une bonne ventilation est essentielle et ne doit, aujourd’hui, plus être mise de côté ! Il est essentiel de réfléchir à la question et de mettre en place la meilleure solution pour les futurs habitants ! Une bonne ventilation évite :

  • Les problèmes de concentration de polluants (problème de santé)
  • Les problèmes de concentration d’humidité (dégâts sur le bâti et problèmes de santé
  • Les problèmes dus à un excès d’air vicié
humidite_mur

Attention aux signes d’humidité !

Dans tous les cas, un excès d’air de mauvaise qualité dans une maison fermée est une source importante de problèmes sanitaires et techniques. L’aération régulière de la maison peut être une solution mais uniquement temporaire car, quand il fait froid dehors ou que le temps est pluvieux, plus de 30 minutes d’aération par jour entraîne des pertes thermiques trop importantes… (même si une aération de au minimum 10 minutes par jour est fortement recommandée, notamment par l’ADEME)

Les différentes solutions

Les ventilations centralisées, un peu comme le chauffage centralisé permet un gestion plus simple et souvent plus adéquate de la maison mais il est tout à fait possible d’installer des appareils de gestion décentralisée, pièce par pièce. Cette ventilation décentralisée permet d’y faire appel de manière souvent plus fine et précise mais nécessite souvent une présence plus importante. La ventilation naturelle est également une solution intéressante : il s’agit simplement d’une gestion personnelle des ouvertures des pièces de la maison mais également des « trous » dans l’étanchéité de la maison. Plus naturelle mais pas forcément pratique… Les VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée) sont obligatoirement installées dans les maisons neuves ou récentes. Ce sont les cas les plus courants que l’on trouve dans les maisons après 1990.

Le cas le plus simple est la VMC autoréglable : il s’agit d’un système automatisé et centralisé (le moteur est souvent installé dans les combles) qui aspirent l’air vicié et humide sans distinction dans les pièces humides (WC, salle de bain, cuisine). Ce système fonctionne avec éventuellement plusieurs vitesses et constitue le béaba de la ventilation automatique centralisée. Cette ventilation est dite de « simple flux », c’est à dire que l’air ne va que dans un sens : de la maison vers l’extérieur (par aspiration).

une entrée d'air

Une entrée d’air sur la menuiserie !

Les VMC hygrovariable ou hygroréglable constituent une amélioration de ce système de base. Cette VMC aspire l’air vicié en fonction de son humidité Elle ne fonctionne donc pas tout le temps et permet de ce fait des économies d’énergies non négligeables. Cette VMC existe en 2 versions. La ventilation hygro A met en place seulement des bouches d’aspiration d’air dans les pièces humides ne s’ouvrant que lorsque l’humidité est importante. La ventilation hygro B (nettement préférable) met en place une infrastructure complète selon l’humidité : Non seulement le moteur sera mieux adapté et ne fonctionnera pas tout le temps mais les bouches d’alimentation en air de la maison (souvent sur les menuiseries) fonctionneront également en lien avec les bouches d’aération. Le système (toujours simple-flux) sera donc complet et fonctionnel.

La ventilation double-flux est aujourd’hui largement recommandée (mais non obligatoire) en construction ou rénovation lourde. Cette ventilation est dite à double-flux car elle aspire de l’air extérieur de manière contrôlée et l’envoie dans les pièces sèches de la maison ; elle expire l’air vicié intérieur en aspirant de l’air des pièces humides. Le gros avantage de cette solution est la récupération de chaleur car les 2 airs passent dans un échangeur de chaleur où l’air froid extérieur se réchauffe aux côtés de l’air chaud intérieur ou inversement… De plus, l’air pris à l’extérieur est filtré (pollens, polluants…). 2 gros avantages donc, tant sanitaire qu’économique. Mais cette solution est chère et lourde à mettre en place (doublage des gaines, besoin de place, notamment pour celle de l’échangeur si possible à installer en local chauffé… Cela reste tout de même le système le plus efficace, moderne et fonctionnel possible…

Fonctionnement de la VMC DF via un by-pass

(http://blogclimmoinschere.com/) Fonctionnement de la VMC DF via un by-pass

La ventilation par insufflation (VMI) est une autre variante possible mais peu mise en place. Cette solution constitue l’inverse d’une ventilation autoréglable simple-flux. Il s’agit d’insuffler de l’air dans la maison et non de l’aspirer. La maison est alors en légère surpression et non en dépression comme pour une ventilation autoréglable classique. Une filtration, comme pour une VMC double-flux, peut être mise en place à l’entrée de l’air dans la maison. L’air est alors rejeté via les entrées d’air (maintenant sorties) sur les menuiseries…

Un choix selon les objectifs à atteindre

Choisir une bonne ventilation ne peut être laissé au hasard. Si la ventilation double-flux est probablement le meilleur choix sanitaire et écologique, il n’est pas vraiment économique et complexe en rénovation. Lors de cette dernière, il est peut-être bon de penser à une ventilation hygro qui pourra utiliser les conduits préexistants et faire diminuer les coûts mais la question sanitaire s’arrêtera à l’humidité… Sans oublier qu’une bonne VMC autoréglable bien entretenue et propre, c’est déjà un bon pas !

Dans tous les cas, le choix dépend des objectifs à atteindre, sanitaires, économiques ou écologiques ou simplement fonctionnels !

(Et si vous le faites vous-même, que le moteur de la VMC est dans les combles et que vous faites changer la laine de verre par de la ouate de cellulose soufflée, n’oublie pas à ce que l’artisan vous mettre un platelage digne de ce nom pour pouvoir accéder au moteur facilement !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *