L'éconologie à la maison !

La tête à l'écologie sans se ruiner !

Les CETI, Chauffe-Eau Thermodynamique Individuel, un autre chemin que les CESI

Les CETI, Chauffe-Eau Thermodynamique Individuel, un autre chemin que les CESI

Si vous avez un peu parcouru ce blog ou d’autres traitant de ce même sujet, vous aurez compris que « thermodynamique » = « pompe à chaleur ».

Je m’y suis beaucoup intéressé il y a quelques temps pour l’installation d’un chauffe-eau chez moi. En effet, le CETI est souvent comparé au CESI (Chauffe-Eau Solaire Individuel) puisqu’ils permettent, l’un comme l’autre, de produire de l’eau chaude sanitaire (ECS) de manière indépendante grâce à une énergie renouvelable.

Une pompe à chaleur pour la production d’eau chaude sanitaire

Le CETI est un dispositif potentiellement complètement autonome, permettant de chauffer l’eau sanitaire grâce à une pompe à chaleur. Cette pompe à chaleur pour un CETI fonctionne exactement de la même façon qu’une pompe à chaleur classique pour le chauffage (PAC aérothermique ou même PAC géothermique) mais est de taille et puissance plus petite. Elle prend dans l’air la chaleur dont elle a besoin pour chauffer l’ECS.

4 possibilités :

Pompe à chaleur sur l’air ambiant : le CETI est souvent placé dans la chaufferie. Dans ce cas, la pompe à chaleur prend les calories de la chaufferie pour chauffer l’eau chaude sanitaire. Cela a pour conséquence logique de refroidir l’air de la pièce et, potentiellement selon la configuration des lieux, ce qui peut être un inconvénient. De ce fait, les CETI sur air ambiant sont contre-indiqués par l’ADEME car ils peuvent être à l’origine d’une surconsommation de chauffage à cause d’une simple facilité d’installation

Un CETI sur air intérieur

Un CETI sur air intérieur

Pompe à chaleur sur air extérieur : cette solution est un peu plus complexe puisqu’elle nécessite un câblage supplémentaire (entre l’unité extérieure et l’unité intérieur) et est la plus similaire au fonctionnement d’une PAC classique. Pas de problème de refroidissement intérieur mais des risques de problèmes de bruits.

Un CETI sur air extérieur

Un CETI sur air extérieur

Pompe à chaleur sur VMC : pas de prise d’air intérieur ou extérieur mais un simple branchement sur les tuyaux de la VMC (sur les prises d’air vicié déjà chauffés avant rejet vers l’extérieur) permettant de bénéficier d’une source de chaleur gratuite. Un bon système mais complexe à installer si la VMC ne passe pas par là…

Un CETI sur la VMC

Un CETI sur la VMC

Pompe à chaleur sur géothermie horizontal ou vertical : même pour des chauffe-eau, la chaleur de la terre est intéressante ! En effet, les avantages (et les inconvénients) sont les même que pour les systèmes de chauffage. La chaleur de la terre est nettement plus stable mais l’installation est plus complexe et plus chère. Pour autant, lors de travaux de forage et/ou de terrassement pour une PAC géothermique ou un système d’assainissement ou tout simplement la construction de la maison, pourquoi ne pas en profiter pour faire un trou de plus ?

L’avantage du prix et de l’installation

Les CETI sont actuellement les systèmes de production d’eau chaude sanitaire les plus souvent installés, en rénovation comme en construction ! Pourquoi ?

  • La RT 2012 impose l’utilisation d’une source d’énergie d’origine renouvelable pour la production de chauffage ou d’ECS. Le CETI en fera partie. Les constructeurs sont donc obligés d’inclure quelque chose…
  • L’installation d’un CETI sur air ambiant est très simple. Il suffit de le positionner et de le raccorder au système. Nul besoin de connaître quoi que ce soit. Pour ce qui est du CETI sur air extérieur, c’est un peu plus complexe mais pas vraiment, même si on le laissera faire par un professionnel… Les autres cas sont plus complexes mais, globalement, le CETI reste un système facile à installer (plus que le CESI pour lequel le recours à un professionnel est indispensable) !
  • Le prix d’un CETI est peu prohibitif. Il est vrai qu’il est nettement plus élevé qu’un « simple » cumulus électrique mais les économies à moyen terme et l’impact écologique ne sont pas les mêmes non plus… Moins cher qu’un CESI (notamment à cause des panneaux thermiques à installer), le CETI, s’il permet des économies, oblige à la dépense d’une quantité non négligeable d’électricité. Son prix de revient à moyen terme est donc loin d’être nul… On estime les économies (en comparaison à un système de chauffage aux énergies fossiles ou au bois, par exemple) d’énergie finale à 70% et 45% à 50% d’économies sur votre facture (puisque la demande d’électricité s’accroit).
Le CETI

Le CETI, une installation relativement simple aux multiples possibilités

Quels avantages écologiques ?

D’un point de vue écologique, le raisonnement est le même que pour les PAC finalement. Dans le cas d’un chauffage au fioul avec production intégrée de l’eau chaude sanitaire, le passage à 2 système indépendants (quoi que l’appoint peut ne pas être électrique mais venir de la chaudière, comme pour le solaire) aura comme intérêt principal de se passer d’un recours aux énergies fossiles (fioul en l’occurrence).

Mais l’utilisation et l’installation d’un CETI est une source plus grande d’utilisation d’électricité. Comme il s’agit de l’énergie la plus chère du marché, cela plombe un peu les économies. Mais, surtout, à moins de faire appel à un vendeur d’électricité alternatif comme Enercoop par exemple, l’électricité est d’origine essentiellement d’origine nucléaire en France. Pour ce qui est de l’impact écologique, on repassera… Energie grise, risques sanitaires et environnementaux considérables, tout est à jeter !

D’un point de vue éconologique, cela permettra de faire quelques économies intéressantes !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *