L'éconologie à la maison !

La tête à l'écologie sans se ruiner !

La véranda bioclimatique : un phénomène de mode ?

La véranda bioclimatique : un phénomène de mode ?

On en parle beaucoup actuellement, tant au niveau du confort de vie qu’elle pourrait apporter qu’au niveau des économies de chauffage qu’elle pourrait générer…

On n’est plus au temps des guerres…

Il ne sert à rien de fermer sa maison le plus possible et d’éviter les fenêtres et ouvertures sur l’extérieur. Dans le principe de l’isolation thermique, la logique serait plutôt à éviter tout support potentiellement générateurs de pertes de chaleur (et donc de déperditions énergétiques) et de potentiels ponts thermiques (tout dépend de la qualité de pose). Pour autant, le principe du bioclimatisme impose, au contraire, d’ouvrir les maisons au sud. Encore une fois, les 2 principes sont opposés ? Non, en aucun cas, parce que les ouvertures de la maison ne peuvent pas être faites n’importe comment !

La véranda, un pièce de plus de vie

Actuellement la plupart des vérandas sont envisagés comme des éléments de confort permettant de jouir d’une vue particulière ou simplement d’apporter de la lumière à la maison. Et c’est comme cela qu’elle sont vues la plupart du temps.

Les vérandas bioclimatiques actuelles associent bioclimatisme et confort « habituel » de la véranda. Le bioclimatisme étant une notion pensée pour le développement du bien-être humain, la véranda ne peut alors qu’être développé dans ce sens. Il ne s’agit finalement que d’associer des éléments du bioclimatisme avec les principes classiques de la véranda (faite de verre comme son nom l’indique). Une véranda bioclimatique permettra donc tout autant qu’une autre de profiter d’une belle vue !

Quels sont ces principes bioclimatiques ?

Tout d’abord, la véranda doit être faite pour laisser au mieux passer la lumière du jour. Une exposition de Sud-Est à Sud-Ouest est donc obligatoire. Ensuite, on veillera à ce que les apports solaires permettent de chauffer gratuitement la véranda l’hiver. Pour cela, non seulement le soleil doit pénétrer dans la véranda via les mêmes apports que pour la lumière (le fameux principe de l’orientation sud de la maison) mais la chaleur ne doit pas pour autant repartir facilement (la nuit ou lorsque le soleil se cache). C’est pour cela qu’une bonne isolation thermique est obligatoire ; les montants et murs (bois, chanvre…) de la véranda comme les fenêtres (double-vitrage avec argon, c’est mieux !) ; il s’agira d’éviter les ponts thermiques pour réduire au maximum les déperditions.

Le confort d’été à portée de main !

Une bonne isolation thermique est donc essentielle pour rendre vivable une véranda. L’été, on pensera évidement à la fameuse casquette au dessus des vitrages pour permettre d’éviter au soleil de rentrer dans la maison lorsqu’il est haut dans le ciel. De même, une bonne aération de la véranda pour libérer une chaleur trop importante ou un trop-plein d’humidité. Il est donc indispensable de prévoir une ouverture au plus haut de la véranda pour libérer l’air chaud et une ouverture au plus bas pour faire entrer l’air frais. A moins d’utiliser une ventilation mécanique (intégrée dans certains systèmes haut de gamme)…

Votre véranda ne doit pas être une serre ! Aérez-là !

Votre véranda ne doit pas être une serre ! Aérez-là !

Ajouter le principe de l’inertie thermique

Le principe du bioclimatisme veut que la véranda bioclimatique soit complètement indépendante et puisse être fermée (les nuits notamment) lorsque les échanges thermiques entre les pièces de la maison ne sont pas souhaitables. Par exemple, on pourra fermer la véranda par une cloison, un mur porteur ou des fenêtres. Lors de nuits froides, la véranda jouera le rôle de tampon thermique et renforcera l’isolation du reste de la maison.

Bien souvent, dans le cadre d’une construction complète de type bioclimatique, on cherche à fermer (en partie au moins) la véranda par un mur-trombe. Ce dernier gardera la chaleur que le soleil lui aura donné dans la journée et la rediffusera la nuit dans les pièces de la maison, par déphasage thermique.

Un mur masse de ce type permettra d’éviter de chauffer la maison inutilement en consommant de l’énergie et, grâce au déphasage thermique, le confort n’est pas moindre puisque par exemple, pendant une journée ensoleillée d’hiver, le mur-trombe réchauffera les pièces à vivre la nuit et limitera ainsi les écarts de température disgracieux et diffusera une chaleur douce.

La maison devra également être compacte, peu ouverte au nord, les pièces pourront intelligemment être répartie dans la maison…

La pierre possède de bonnes qualités d'inertie thermique !

La pierre possède de bonnes qualités d’inertie thermique !

La véranda bioclimatique, un atout dans la maison

Dans le cadre d’une construction globale bioclimatique, la véranda fait office d’élément particulièrement important. En effet, une véranda bien conçue permettra d’amener de la chaleur gratuite pendant l’hiver. L’été, elle sera également un lieu de confort, une pièce de plus de la maison où la nature sera proche de la maison. Et, tout au long de l’année, les saisons s’y feront réellement sentir, tant du point de vue des couleurs que des sensations ! Un atout essentiel de la maison !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *