L'éconologie à la maison !

La tête à l'écologie sans se ruiner !

Eau chaude sanitaire pour sa maison individuelle : électrique ou renouvelable ?

Eau chaude sanitaire pour sa maison individuelle : électrique ou renouvelable ?

Pendant bien longtemps, le chauffage de l’eau chaude sanitaire n’était pas un souci pour nous tant cela représentait une infime partie du chauffage pléthorique dépensé pour chauffer d’antiques demeures. Lorsque votre maison n’était pas isolée, nous dépensions des milliers d’euros par an pour avoir (juste !) chaud. De fait, l’énergie utilisée pour le chauffage de l’ECS (Eau Chaude Sanitaire) ne représentait tout au plus que 5% à 10% de l’énergie globale utilisée…

Mais tout commence à changer…

Eh oui, le chantier titanesque de la rénovation énergétique nous fait petit à petit changer nos mentalités (très prudemment et lentement, c’est certain !). Il est bel et bien passé par là.

Petit à petit, nos maisons se rénovent et se font isoler de l’air extérieur. Nos belles mais antiques passoires thermiques passent par la révolution lente mais sûre de l’isolation thermique et de l’étanchéité à l’air. Cette étanchéité nous fait gagner en énergie consommée pour le chauffage grâce à des déperditions moindres mais cela ne change quasiment rien à nos consommations d’eau chaude sanitaire ! Juste une probable meilleure isolation des ballons et des tuyaux ainsi qu’une espérée meilleure attention portée aux économies d’eau… La quantité d’énergie pour produire cette eau chaude est donc quasiment la même alors que celle consommée par le chauffage ne fait que baisser. Les proportions s’équilibrent et vont même jusqu’à être nettement plus importante pour une maison passive par exemple.

L’ECS, indépendant de la chaudière ou non ?

Lorsque le chauffage central est arrivé dans nos maisons (il n’y a pas si longtemps en fait), les chaudières ont fait leur apparition. Leur but était de chauffer toute la maison, chauffage et eau chaude sanitaire, chauffer l’eau chaude des radiateurs et celle de la douche. La logique voulait donc que l’organe qui chauffe ces deux eaux soit le même. Mais dans les villes et les appartements, les cumulus d’eau chaude indépendante du voisin ont été vite démocratisés pour plus de confort personnel. Cette indépendance vis-à-vis de la chaudière est donc née.

Les 2 systèmes sont donc désormais possibles. Bien entendu, se prononcer sur un système meilleur que l’autre, c’est dire que toutes les situations sont les mêmes et cela n’a pas de sens. Pour autant, avoir deux systèmes distincts permet de, par exemple, couper la chaudière complètement pendant l’été alors que n’avoir qu’un seul ballon de chauffage de ces deux eaux (séparées à l’intérieur tout de même) permet de faire des économies d’énergie… Le choix donc n’est pas simple et dépend de plein de choses différentes !

Le coût de l’énergie de production, la taille du ballon, la place que le système prend dans la maison, les habitudes de chacun, la simplicité d’installation ou le coût de l’investissement seront autant de critères à réfléchir pour trouver une solution satisfaisante !

Le classique ballon électrique

C’est souvent la solution adoptée car la plus simple. Mais pas forcément la plus avantageuse…

Un cumulus électrique ne fait que stocker une quantité (variable selon le nombre de personne ou d’autres critères comme les habitudes, les gestes économes…) d’eau et la chauffer via une résistance électrique. Grâce à une sonde installée dans le ballon, la résistance s’arrête de chauffer lorsque la température est atteinte.

Son avantage essentiel est le prix d’investissement de tout au plus quelques centaines d’euros… Et, comme son coût de fonctionnement est mélangé avec tous les autres objets de consommation électrique de la maison, on ne la voit pas. Une solution très simple à installer !

Pour autant, cette consommation peut s’avérer importante. Et notamment si vous avez des aspirations écologiques, l’électricité est l’énergie la plus chère (après le pétrole pour chauffage d’appoint et le gaz en citerne tout de même) et l’utilisation d’un cumulus électrique est tout simplement non conseillée dans le cas où vous avez une famille importante et des besoins élevés. Dans le cas où vous êtes seul ou 2 personnes, on peut alors l’imaginer…

Votre chaudière en appoint et une énergie renouvelable pour l’ECS, l’avenir ?

D’un point de vue strictement financier (à long terme), l’électrique n’est peut pas la meilleure solution. Le fait d’utiliser sa chaudière pour produire l’ECS de votre maison s’avère un meilleur pari, le coût de « l’option » chauffage de l’eau chaude sanitaire et les gains « quotidiens » sont meilleurs.

Pour autant, il existe de meilleures solutions. Tant d’un point de vue financier qu’écologique, éconologique finalement ! Par exemple, si vous investissez quelques milliers d’euros dans un CETI (Chauffe-Eau Thermodynamique Individuel) ou un CESI (Chauffe-Eau Solaire Individuel) ! Le CETI fonctionne avec une PAC (Pompe A Chaleur) qui prendra l’air l’ambiant (attention au refroidissement de la pièce) ou plutôt (conseillé par l’ADEME) sur l’air extérieur et vous permettra d’économiser jusqu’à 65%-70% d’énergie (selon le COP du CETI installé). L’énergie d’appoint pour les 35%-35% restant est une résistance électrique. Un CESI fonctionne avec 2 panneaux solaire thermique et chauffera jusqu’à 60% de votre eau chaude sanitaire. L’énergie solaire est gratuite contrairement à la chaleur produite par la PAC du CETI. Le CESI est plus cher à l’installation mais possède est plus longue durée de vie.

Pour servir d’appoint à ces deux systèmes et éviter l’utilisation d’une résistance électrique consommatrice, on peut imaginer installer un ballon mixte qui chauffera l’ECS prioritairement avec la PAC ou le solaire et ensuite avec l’énergie de la chaudière. Cette « astuce » permettra de faire des économies importantes dès que la température baisse trop pour un CETI ou que les panneaux solaires sont occultés par un nuage, au lieu d’utiliser de l’énergie électrique. Ce système aura tout de même l’inconvénient de solidariser la chaudière et la production d’eau chaude et de fait de ne pas pouvoir l’éteindre l’été. Quoique l’été, le solaire pourra produire 100% de votre ECS sans apport…

Indéniablement, les énergies renouvelables sont l’avenir. On peut également imaginer installer une éolienne ou des panneaux photovoltaïques pour produire l’électricité nécessaire à cet appoint… Grâce aux aides de l’état, le solaire est largement subventionné, la pac également mais moins, et l’investissement lors d’un achat immobilier dans un CETI ou un CESI sera vite anecdotique…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *