L'éconologie à la maison !

La tête à l'écologie sans se ruiner !

Les isolants naturels : la ouate de cellulose

Les isolants naturels : la ouate de cellulose

Actuellement, on parle beaucoup d’isolants naturels. Il est certain que ces derniers ont des avantages non négligeables. Ils ne sont pas chimiquement et industriellement transformés comme le polystyrène ou le polyuréthane (matériaux artificiels) ou viennent d’origines naturelles mais ont subi de lourdes transformation comme les isolants minéraux (laine de verre ou laine de roche). Le liège cumulent probablement le plus d’avantages mais est assez cher. D’autres matériaux nécessitent que l’on parle d’eux, comme le chanvre mais également comme la ouate de cellulose.

Un parcours singulier

Issu du recyclage, la ouate de cellulose que vous mettrez dans votre mur aura servi de papier et aura été extrait à partir de journaux invendus ou de chutes d’imprimerie réduit en pâte à papier ! La ouate de cellulose est un matériau isolant issu du recyclage, comme le metisse, autre matériau issu du recyclage de vêtements et de tissus.

Un traitement contre le feu, les moisissures lui aura été administré avant un réduction de ce matériau industriel en flocons. C’est là d’ailleurs que le bât blesse : ce matériau résiste mal à l’humidité et au feu, il a donc été traité et ce traitement est à l’origine d’un dégagement de particuliers nocives lors de sa pose, pas ensuite (à l’inverse d’autres matériaux naturellement résistants) !

De bons avantages tout de même !

La ouate de cellulose est un bon isolant tant acoustique que thermique. Avec un lambda de 0,038 à 0,044 W/m.°K (ouate de cellulose projetée à sec), la ouate de cellulose atteint largement les prérequis habituel pour en faire un isolant de première classe. Sans compter que la ouate de cellulose est un produit d’origine naturelle et ensuite recyclé, une double compétence qui en fait probablement son avantage principal.

Après traitement, la ouate de cellulose est peu sensible au feu (Euroclasse B ou M1), ne dégage pas de produits toxiques lors de sa combustion et n’est ni sensible aux rongeurs ni aux insectes naturellement.

Il faudra ajouter un pare-vapeur mais la tendance au pourrissement de l’isolant en présence de beaucoup d’eau ne sera alors pas un problème (bonne capillarité et hygroscopicité en revanche) !

Conclusion

La ouate de cellulose ne se révèle pas être forcément le meilleur isolant possible mais son très bon bilan environnemental (pour la ouate en vrac, énergie grise un peu plus importante pour les autres…), ses qualités naturelles et son prix moyen à faible (20 euros le m² de 30 cm d’épaisseur) en font un matériau isolant de premier plan. Seuls 12 à 16 cm de cet isolant dans les murs permettent de satisfaire à la RT 2005.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *