L'éconologie à la maison !

La tête à l'écologie sans se ruiner !

Le BEPOS : bâtiment à énergie positive, pour 2020 ?

Le BEPOS : bâtiment à énergie positive, pour 2020 ?

La question environnementale et écologique est une des actualités du moment. On nous parle beaucoup du réchauffement climatique et des désastres à venir. Pour autant, les politiques sont réellement longues à se mettre en place en réaction à cela ! La RT 2012 a été (avec la RT 2005 avant elle et juste avant les lois pour la transition énergétique en passe d’être votées) l’un des premiers coups de butoir en faveur d’une transformation des mœurs et des habitudes.

Je pense par exemple, au fait que la RT 2012 se hisse au niveau BBC (Bâtiment Basse Consommation) de la RT 2005, soit 50 kWhEP(m²/an) (la moyenne française actuelle se situe autour de 240 kWhEP(m²/an). Cette exigence de la RT 2012 ouvre un chemin vers des Réglementations Thermiques et des lois de plus en plus drastiques sur ce sujet. La guerre contre les passoires thermiques a été déclarée !

Quid de la prochaine RT ?

Il est difficile de se projeter mais on peut toujours tenter de l’imaginer ! Les rumeurs vont en tout cas bon train et il est quasiment impossible de faire machine arrière ! Du moins, on peut l’espérer ! On se demande couramment ce qu’elle va nous réserver (même si nombre d’entre nous sont intéressés par la prochaine RT sur l’existant, pour une explicitation point par point de l’amélioration la maison). Si la RT 2012 fixe comme objectif la norme BBC, norme globale de 50 kWhEP(m²/an) pour la performance énergétique de la maison ainsi que de passer un test d’étanchéité à l’air, il est probable que l’on s’approche petit à petit des standards de la maison passive en matière d’isolation. Pour rappel, une maison passive (selon le label allemand PassivHaus) doit atteindre au minimum une performance énergétique de 15 kWhEP(m²/an) !

Le BEPOS

Actuellement, on parle plutôt du BEPOS que de la maison passive et même de plus en plus ! Il est tout à fait possible que cette dernière devienne un standard mais probablement pas pour la prochaine réglementation thermique. Mais on ne sait jamais…

Le principe du BEPOS

Le BEPOS est le Bâtiment à Énergie POSitive. Il s’agit d’un standard de construction qui consiste en le respect du label Effinergie. Ce label vise des bâtiments (quel qu’ils soient en théorie) qui consomment peu d’énergie mais surtout qui produisent de l’énergie renouvelable en quantité plus importante. Le BEPOS est un bâtiment qui produit plus d’énergie qu’il n’en consomme ! C’est le principe de base du BEPOS !

Celui-ci allie donc « faible consommation énergétique » et « production énergétique d’origine renouvelable » (la renouvelabilité de l’origine de l’électricité n’est pas obligatoire) puisque ce label, en passe de devenir un standard, comme ça a été le cas pour le BBC, a été créé pour récompenser les producteurs individuels d’électricité.

Les caractéristiques techniques du BEPOS

  • Le label Effinergie 2013 (si ce choix est acté pour 2020, on ne sait pas quel label, éventuellement modifié, sera retenu) se base sur une réduction de 20% des consommations énergétiques minimales demandées par la RT 2012, soit 40 kWhEP(m²/an) (lettre A de l’actuel Diagnostic de Performance Energétique).
  • De plus, le label BEPOS se base sur un renforcement de l’étanchéité à l’air en passant de 0,60 m³/h/m² à 0,40 m³/h/m² (pour un maison individuelle) !
  • La maison doit également être évaluée pour ce qui est de la consommation d’énergie grise et du potentiel d’écomobilité. Elle doit avoir été prévue pour les personnes handicapées en fauteuil roulant !

L’énergie produite viendra potentiellement de différentes origines (solaire, chaudière à micro-cogénération…) mais le label actuel se base essentiellement sur une production photovoltaïque individuelle.

Pourquoi ce choix et non la maison passive ?

maison-passive

BEPOS ou BEPAS ?

On ne sait pas tout évidemment mais il semble que ce choix mette en avant plusieurs choses :

  • L’enveloppe énergétique (un peu) plus faible : on passe de 50 kWhEP(m²/an) à 40 kWhEP(m²/an). La RT 2012 avait diminué ce chiffre de manière drastique, la RT 2020 ferait une pause sur cette réduction de la consommation énergétique des bâtiments…
  • La non-volonté d’alourdir les obligations de faible consommation énergétique et donc de changer d’autres points structurels dans les processus de fabrication industrielle du bâtiment. On en reste là (presque) pour la performance énergétique et l’on axe sur la question environnementale plus globale et la production d’électricité (notamment pour satisfaire aux obligations européennes et mondiales de réduction des émissions de GES et le passage à une production électrique d’origine renouvelable)
  • Le soulagement du réseau électrique : plus la production autre que celle d’EDF est forte moins celle d’EDF sera tendue, notamment dans les périodes de pointe des besoins, la France devra également moins importer dans ces moments cruciaux ! On vise donc une certaine indépendance électrique !
  • Garder (un minimum) les besoins de chauffage d’une maison et ménager la chèvre et le choux : les lobby auraient du mal à accepter que les maisons n’aient plus (ou nettement moins) de besoin de chauffage (pour les appareils tant que pour l’énergie)

Les contraintes d’une maison passive, en terme de performance énergétique globale, sont très importantes. Faire passer une maison de 400 kWhEP(m²/an) à 150 kWhEP(m²/an) n’est pas très compliqué : une grosse isolation, des moyens de chauffage récents et un peu d’énergie renouvelable (solaire ou autre) et on y est. Le besoin financier est important mais la méthode est relativement simple. En revanche, passer de 50 kWhEP(m²/an) à 15 kWhEP(m²/an) et moins est nettement plus compliqué car la démarche de la maison passive est tout autre. L’isolation devra être meilleure et les matériaux et matériels (VMC DF, étiquette énergie de l’électroménager…) de la maison particulièrement compétitifs. Sans compter quelques préceptes bioclimatiques… Mais au delà de ça, la construction et l’enveloppe de la maison devront être parfaites, c’est un vrai travail de perfection tant pour l’architecture que pour la construction ! Aucun trou, aucune déperdition ne devront être trouvés. Le test d’étanchéité ou infiltrométrie (le même que celui de la RT 2012) devra en attester ! Il devra atteindre 0,60 m³/h/m² pour la RT 2012, selon la norme Q4, différente de celle pour la maison passive (à titre de comparaison sans valeur réelle, la maison passive demande une étanchéité de 0,16 m³/h/m²). Les contraintes sont bien différentes, donc !

Uniquement pour les bâtiments neufs ?

L’exacte volonté de l’état n’est pas forcément très claire, elle est même assez floue. L’actuelle loi pour la transition énergétique va également dans d’autres directions comme les véhicules électriques

La RT 2005 a été prolongée par la RT 2007 sur l’existant mais il s’agit en fait de la même loi. La RT 2012 n’a pas, pour l’instant, de corollaire pour l’existant (faute de temps et de moyen probablement mais également parce que les exigences sur le neuf sont complexes à mettre en place, alors sur l’existant…). Mais, en tout logique, elle devrait en avoir un ! La probable RT 2020 ne s’intéressera, dans un premier temps, probablement qu’aux constructions neuves, comme c’est le cas pour la RT 2012, mais elle devrait s’intéresser, quelques années plus tard, à l’existant.

La RT 2007 n’est qu’un corollaire de la RT 2005, elle a donc pris les mêmes exigences qu’elle a transformé selon les contraintes de l’existant. On peut penser qu’il en sera de même pour la RT 2012 ou la RT 2020 ! De là ce que les maisons existantes soient transformées en BEPOS, peut-être pas mais on peut imaginer un certain nombre de travaux obligatoires allant dans le sens du BEPOS !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *