L'éconologie à la maison !

La tête à l'écologie sans se ruiner !

Le pisé : une méthode ancestrale à base de terre crue

Le pisé : une méthode ancestrale à base de terre crue

Du côté de l’est du massif central, à l’est de l’Auvergne, à l’ouest de Rhône-Alpes jusque dans le Dauphiné, se trouvent ça et là des maisons dans les campagnes dont la construction n’a rien à voir avec les techniques modernes et habituelles de construction. Cette région est celle du pisé !

Ces maisons étranges se voient à peine dans le paysage tellement elles sont bien insérées dans celui-ci mais à mesure que l’on s’en approche, quelqu’un de lié d’une manière ou d’une autre au monde du bâtiment sera intrigué par la façon dont elle a été construite !

J’ai vécu toute mon enfance dans une maison en pisé et je ne le savais pas ! Ou plutôt, je le savais mais je ne savais pas de quoi il s’agissait. Ce trésor historique local doit être expliqué et documenté, non seulement parce que la mode actuelle du « naturel » revient au galop mais tout simplement parce que le pisé (comme d’autres techniques locales) est ce que l’on nomme un « trésor de notre patrimoine » !

Il était une fois…

Des hommes et des femmes de bon sens ! Tout simplement ! Par limitation financière mais également par logique évidente de construction, les besoins de construire une maison passaient par les matériaux environnants ! La terre crue est alors utilisée un peu partout tout simplement parce que ce matériau est le plus proche de constructeur ! La logique humaine est passée par là… (pourquoi allez chercher si loin des matériaux complexes et à énergie grise de fabrication considérable ?) La technique du pisé est alors née !

Le pisé ne s’utilise que pour les murs. Ceux-ci peuvent être porteurs mais cela dépend de la structure associée (souvent bois, c’est même recommandé car le bois et la terre crue sont nettement plus compatibles que, par exemple, la terre crue et le béton ou autre…). Cette technique traditionnelle vise simplement à compacter de la terre (dans des banches) crue issue de l’environnement direct et d’en construire les murs. Bien souvent, les fondations, la cave et la base des murs (80 cm – 1m de hauteur) sont fait de pierres et ciment ou de briques mais jamais ou presque de terre crue car les remontées capillaires du sol peuvent abîmer le mur.

Les murs sont souvent un peu plus épais à la base car il leur est alors plus facile de porter l’ensemble, notamment si le bâtiment se présente sur plusieurs niveaux.

Le résultat est une architecture très spécifique qui ne ressemble à aucune autre, aux couleurs et à la granulométrie complètement différente d’une maison en pisé à une autre. Le pisé n’est pas esthétique en soi mais est à l’origine d’une telle originalité au sens propre que ces maisons sont très particulières !

maison_pise

Pise-livradois-forez.org – Le pisé, une méthode naturelle et unique

Inertie et isolation

C’est seulement aujourd’hui que l’on se pose de nouvelles questions concernant l’isolation ou l’inertie d’une maison, sa performance énergétique, si celle-ci est améliorable et comment… La terre crue n’est en soi pas isolante, enfin pas plus qu’un matériau qui aura été compacté.

Mais elle possède tant d’autres qualités !

L’inertie thermique de la terre crue (donc d’un mur en pisé) est impressionnante ! Comme de la pierre ! Il est quasiment impossible de donner un chiffre puisque les pisés sont tous de composition différente (logique, cela dépend de la terre que l’on autour de chez soi ! (Plus ou moins de sable, de limons, d’argile…). Mais il semble que l’on puisse estimer l’évaluation suivante : un mur de terre crue de 40 cm d’épaisseur a un déphasage thermique de 10h à 12h !!!

Cela sous-entend 2 choses :

  • En hiver, la chaleur de votre chauffage, de vos activités propres, ou du solaire passif vous servira puis sera ensuite stockée dans ces murs pour ensuite resservir une seconde fois à vous chauffer : cette fois, la nuit, pour éviter de perdre trop le chaleur et se geler au petit matin !
  • En été, les murs stockent la chaleur excessive directement pendant la journée et vous êtes bien au frais chez vous alors que c’est la fournaise dehors (vrai de vrai !) ! Une vraie climatisation naturelle qui ne vous coûtera pas un sou ! La nuit, la chaleur est évacuée ou restituée dans la maison.

Le confort d’été est meilleur que le confort d’hiver avec une maison en terre crue mais, en imaginant une isolation extérieure (proscrire une isolation intérieure sinon vous perdez tous les bénéfices de la terre crue) par un enduit chaux-chanvre par exemple, plus de soucis, vous ne perdez plus la chaleur accumulée dans les murs !

Attention à la terre crue ! Un matériau spécifique !

C’est étonnant comme l’utilisation des ressources naturelles appellent l’utilisation complémentaire d’autres ressources naturelles ! N’allez pas isoler un mur en pisé avec des laines minérales ou un isolant synthétique ! Vous couperiez la capacité respirante du pisé et l’empêcheriez de réguler correctement l’humidité de la maison (les laines minérales ou les isolants synthétiques ont un pouvoir hygroscopique nul). La condensation créée et qui ne pourrait s’échapper ferait pourrir le mur… Si jamais vous avez acheté une maison en pisé et que les murs ont été recouvert de ciment, ce qui arrive souvent, une seule chose à faire avant de continuer (et, si possible, d’acheter) : l’enlever et vérifier l’intégrité des murs en dessous) !

pise_abime

Formaterre.org – Attention ! La terre crue est très sensible au excès d’humidité !

La question à se poser ensuite est : ai-je besoin d’une isolation de mes murs ? Lorsqu’on réfléchit à cela, on est très loin des considérations des réglementations thermiques et autre loi de transition énergétique mais il faut choisir ! 40 cm de murs voire plus (on ne parle que des murs extérieurs, pas des cloisons, planchers et toiture), c’est pas mal… Vous ne serez pas isolé mais avez-vous besoin de plus ?

L’inertie pourrait-elle remplacer une isolation ?

Le processus sera différent et il ne s’agit pas d’empêcher la chaleur de fuir mais d’utiliser les murs pour qu’ils la restituent lentement. Avec un déphasage de 10h à 12h pour un mur de 40 cm, le mur en pisé permet de jouer le rôle d’une climatisation naturelle l’été en journée et cette chaleur serait en partie restituée la nuit. Il s’agirait donc d’une situation optimale pour une maison très économe en énergie, au chauffage solaire (thermique j’entends) comme un SSC ou une simple PAC aérothermique ou PAC géothermique ou à bois-bûches ou pellets…

Mais, je le répète, on ne serait pas dans les clous de la RT 2012 par exemple ! On prend alors le risque de se voir refuser des assurances… Une isolation par l’extérieur (ITE des murs) est à imaginer mais la réglementation actuelle ne prend pas en compte ces spécificités, celles de la terre comme matériau de base (peut-être parce que la terre n’est pas commerciale puisqu’on la trouve partout gratuitement).

L’idéal pour une isolation réussie serait…

enduit_chaux_chanvre

Chauxchanvre.com – Un enduit isolant et perspirant !

  • Une isolation extérieure par des produits respirants (je pense à la laine de bois mais d’autres isolants naturels sont évidemment possibles)

L’enduit serait peut-être la meilleure solution car cette solution est mieux documentée que l’autre. Le mur en pisé est un monde en soi : lui adjoindre d’autres produits peut (mais pas forcément) lui être fatal ! Tout est à imaginer en tout cas et les applications industrielles à grande échelle de la terre et de ses techniques de construction ancestrales ne sont pas pour demain… Lui adjoindre des produits isolants de même nature (naturels et respirants) est impératif !

Que faire du pisé ?

Je trouve beaucoup de forum où des personnes ont acheté une maison de pisé et se trouvent démunis quant à ce qu’ils doivent faire quand ils s’en aperçoivent. Ou alors des personnes qui se posent beaucoup de questions sur comment isoler des maisons et en améliorer la performance énergétique.

La technique de construction est si particulière qu’effectivement, il n’est pas simple de se faire une idée juste. Beaucoup de tentatives peuvent échouer comme l’inverse. La terre ne répond à aucune norme ! Le type de construction n est très ancien mais il connaît un renouveau très récent qui fait que la rénovation d’une maison de pisé est encore mal documenté. Et il est difficile voire impossible de trouver des réponses certaines tant la terre crue est un mode constructif particulier…

A mon avis, il est préférable de considérer que l’on a entre les mains un trésor tant d’ordre de la régulation thermique et énergétique que d’ordre patrimonial. Il est bon de prendre son temps et de voir comment la maison réagit à votre présence, de se documenter le plus possible de de choisir des solutions pérennes, efficaces et adéquates ! Tout dépend de l’objectif que l’on souhaite atteindre mais il est certain que l’acquisition d’une maison en pisé, d’autant plus si c’est le fruit du hasard, est plus à voir comme une chance réelle de vie proche de la nature et de l’environnement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *