L'éconologie à la maison !

La tête à l'écologie sans se ruiner !

La sur-ventilation nocturne, technique simple d’aération et de ventilation de la maison

La sur-ventilation nocturne, technique simple d’aération et de ventilation de la maison

L’été, la chaleur peut être un problème et avec le dérèglement climatique et l’intensification des excès caloriques, ça ne va pas aller en s’arrangeant ! Pour combattre la chaleur d’une maison, ce n’est pas forcément simple mais il faut bien la connaître et savoir comment elle fonctionne. La maison bioclimatique (qui met en place par exemple une véranda bioclimatique, des murs capteurs-accumulateurs…) voire la maison passive part du principe que l’on connaît bien sa maison, de quoi elle est faite et comment elle va réagir dans telles ou telles conditions. Bien entendu, c’est nettement plus compliqué en appartement ou lorsque l’on vient d’emménager dans une nouvelle habitation que l’on ne connaît pas encore mais cette expérience s’acquiert petit à petit…

Pour combattre les excès de chaleur (comme de froidure d’ailleurs), la maison bioclimatique est particulièrement bien équipée à condition de savoir comment la faire fonctionner au mieux ! Casquettes solaires, masques solaires, protection des vitrages, de la terrasse, tout est passé au crible ! Et l’on sait très bien que ce qui est naturel et non automatisé est plus naturel, moins cher et souvent plus durable. Dans un climat moyen à chaud, les étés sont souvent la source d’inconfort contre lequel il faut savoir lutter. La sur-ventilation nocturne ou free-cooling est une de ces « armes »…

Le principe de la sur-ventilation nocturne

La nuit, les températures baissent, pas forcément énormément mais assez pour pouvoir rafraîchir la maison. La sur-ventilation nocturne d’une maison doit se faire uniquement lorsque la température extérieur descend plus bas que la température intérieure. Logique mais cela fait du bien de le rappeler. Pour affronter la journée suivante, il est essentiel de faire baisser la température intérieure.

comparaison-surventilation_nocturne

Lemoniteur.fr – Avec ou sans, c’est pas la même chose !

Pendant la nuit, lorsque les journée sont chaudes en été, on doit non seulement extraire l’air chaud de la maison venu la journée et le remplacer par de l’air plus frais mais également ventiler la chaleur retransmise par les éléments lourds et capteurs de la maison par déphasage thermique. Enfin, il s’agira également d’évacuer les polluants et l’humidité, plus présents lorsqu’il fait chaud.

Autant, pendant la journée, on n’aura tendance à se barricader l’intérieur de la maison et tout fermer minutieusement (logique !), autant, pendant la nuit, il faudra faire l’inverser et ouvrir largement les fenêtres et toutes les ouvertures de la maison.

A savoir également qu’il sera bon de laisser ces ouvertures ouvertes toute la nuit et non seulement quelques heures lorsque le soleil est couché car les températures les plus fraîches de la nuit se situent au petit matin entre 4h et 6h du matin juste avant le lever du soleil d’été. La qualité du sommeil est nettement meilleure lorsque les températures sont moins hautes (dormir à 16°-17°, c’est bien!).

Les différents moyens de la ventilation nocturne

La ventilation mécanique

La ventilation mécanique (autoréglable, hygroréglable A ou B ou ventilation double-flux, VMI…) est normalement faite pour évacuer une certaine quantité d’air vicié de la maison et le remplacer par de l’air frais et « pur ». Évacuer les polluants, le CO², l’humidité… Renouveler pour le confort et la santé de l’homme !

Une VMC n’est pas faite pour une sur-ventilation nocturne. Elle peut tout de même permettre de l’accompagner positivement. En renouvelant l’air la nuit également, la VMC participe à cette ventilation nocturne. La plupart du temps, il n’y a pas vraiment de moyen de la stopper (sauf à lui couper l’alimentation électrique) mais on peut en revancher modifier le débit d’air et accélérer le ventilateur. Utiliser la vitesse 2 voire 3 pendant la nuit peut permettre d’accompagner efficacement les autres moyens d’une bonne ventilation nocturne. Mais il y a tout de même un hic ! L’utilisation de la VMC consommera plus d’électricité ! Privilégier les moyens naturels non automatisés sera tout de même une meilleure solution. Mais, lorsque l’on ne peut pas faire autrement ou que c’est que quelques nuits par an…

Ventilation naturelle horizontale

Ouvrir les fenêtres, c’est bien ! Mais, s’il n’y en a qu’une seule d’ouverte, le résultat ne sera pas très efficace. Ce qu’il faut, c’est créer un courant d’air entre 2 ouvertures. Dans ce cas, l’air de la maison peut être renouvelé plus facilement. Bien entendu, il faudra que les 2 ouvertures permettre au courant d’air de traverser toute la maison. Par exemple, la ventilation créée dans un appartement traversant est-ouest ou nord-sud par 2 ouvertures opposées sera la plus efficace. En revanche, 2 fenêtres ouvertes sur un même mur, même dans des pièces différentes sera nettement moins efficace ! Mais on fait ce que l’on peut avec ce que l’on a !

Une sur-ventilation apporte de nettement plus gros débits d’air qu’une simple ventilation. Il faut donc viser une ouverture maximale des fenêtres de la maison. La ventilation sera horizontale si les ouvertures se trouvent sur le même niveau de vie.

Ventilation naturelle verticale

En revanche, elle sera verticale s’il y a plusieurs étages à votre habitation. D’ailleurs, la ventilation verticale est nettement plus efficace puisque l’air chaud monte par convection naturelle : avec des étages, la maison sera donc alimentée en air frais par le bas et l’air chaud sera évacué par les ouvertures de(s) l’étage(s). Il ne faut donc pas hésiter à ouvrir un maximum d’ouvertures dans le plus de pièces possibles sur tous les niveaux différents. Mais il est tout de même certain que, s’il l’on ne peut, par exemple, n’ouvrir qu’une seule fenêtre au rez-de-chaussée, seules 2 voire 3 seront utiles à l’étage à moins qu’elles n’aient pas toutes la même taille ! Le débit d’air d’une ouverture ne peut sensiblement se développer et est limité logiquement selon la taille de l’ouverture.

La cheminée thermique

Une cheminée thermique est un concept simple qui permet de ventiler de manière simple une habitation lors d’écarts de température importants. Chez nous, la ventilation de la maison doit ainsi être pensée pour que toutes les pièces sont « connectées » à une tour qui permet à l’air chaud de s’évacuer logiquement par convection via cette tour. Ce peut être le cas d’un conduit de cheminée laissé ouvert par exemple. On parle de cheminée thermique. L’air frais de la nuit le remplace donc par le bas et l’habitation est alors naturellement ventilée sans besoin mécanique particulier. Le principe de la cheminée thermique peut être adapté partout, un simple conduit faisant office de cheminée thermique permettant à de l’air plus chaud de s’échapper lorsqu’il est ouvert est connecté avec l’extérieur !

cheminee_thermique

Energieplus-lesite.be – Le principe de la cheminée thermique

A l’inverse, la tour à vent iranienne illustre magnifiquement ce principe, l’Iran étant un pays où il fait particulièrement chaud la journée. La tour à vent capte les vents dominants pour les insufler dans la maison et la rafraîchir !

Des tours à vent iraniennes

Des tours à vent iraniennes

Les ennemis de la ventilation nocturne

La nuit, puisque l’on dort, il est nettement plus difficile de maîtriser intégralement les ouvertures de fenêtre. Il faudra donc composer avec les difficultés. Si moins de fenêtre doivent être ouvertes, on privilégiera peut-être l’utilisation de la VMC par exemple ou il faudra réfléchir à des solutions alternatives.

Le vent

Le vent renforce la ventilation de la maison, on pourrait donc le considérer comme un allié. Mais il est difficilement maîtrisable et sans des solutions pour éviter ses désagréments, il est compliqué de laisser la nuit les fenêtres ouvertes lorsqu’il y a du vent. IL faudra penser par exemple, à des attaches de fenêtre, ranger la maison et fixer le maximum d’objets pour éviter qu’ils ne soient déplacés…

Les moustiques et autres insectes

« bzzz ! » les moustiques sont clairement un fléau les nuits chaudes d’été. A un tel point qu’il arrive souvent qu’on laisse les fenêtres fermées pour pouvoir dormir… Mais, avec la chaleur, ce n’est pas idéal et adieu la ventilation nocturne ! On laissera de côté tous les produits insecticides peu naturels voire complètement industriels et chimiques dont les effets sur la santé de tous les habitants de la maison sont quasiment évidents ! Mais on pourra penser à installer des moustiquaires ! C’est très utile et n’altère quasiment pas la ventilation nocturne ni les impressions visuelles pour de bonnes moustiquaires fixes.

moustiquaire

Une moustiquaire

La sécurité

Là-encore, il n’est pas simple de laisser sa maison en partie ouverte la nuit sans protection alors que vous dormez… Pour éviter les intrusions non désirées et autres problèmes de sécurité dans la maison, on a tendance à vouloir laisser les fenêtres et autres ouvertures fermées. Peut-être peut-on n’ouvrir que les fenêtre donnant sur le jardin et pas la rue, penser à l’installation de barreaux… La technique d’ouverture des fenêtres ou porte-fenêtres en oscillo-battants (juste le haut de la fenêtre est ouvert) peut être alors intéressant !

ouverture-fenetres

3 types d’ouverture de fenêtres

N’oublions pas que la meilleure chaleur à évacuer est celle qui ne rentre pas dans la maison ! Ce qui signifie que les protections diurnes et le comportement des utilisateurs sont essentiels pour éviter les excès caloriques. On ne pourra pas les annuler complètement, même la meilleure isolation n’y pourra rien, mais ils pourront être limités ! Une maison bien conçue (architecte, auto-construction…) avec une bonne ventilation, des protections solaires adaptées et une réelle présence de la végétation sera alors nettement plus efficace !

Notons également les bienfaits d’un moyen bioclimatique simple et peu onéreux (même si un peu complexe à installer en rénovation), très efficace pour tempérer les hausses la journée et rafraîchir utilement la nuit : le puits canadien (ou puits provençal en été) ! Cette technique bioclimatique utilise la chaleur et fraîcheur de la terre à quelques mètres de profondeur pour rafraîchir l’été et préchauffer l’hiver ! Utile !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *